Journée de la femme

Non. Je ne vous donnerai pas rendez-vous sur un pont aujourd’hui. Je ne vous parlerai pas non plus de la tâche de stylo marine sur certains sondages. Je ne vous parlerai pas de Clara, Virginie, Valérie ou Sylvie, qui apportent une touche de féminité à la Runnosphère; ni des prochaines femmes qui vont bientôt rejoindre la communauté. Je ne vous parlerai pas de Mel, pleine de projets pour faire bouger les bordelaises. Et je ne vous parlerai pas non plus de mon semi-marathon de ce week-end, il faudra attendre demain pour pouvoir me lire…

Je veux par contre vous parler de Lucie, de cette femme, de ma femme, dans l’ombre de mon running. Lucie est là, à côté de moi pour endosser toutes ses casquettes de Femme, qui font qu’un homme devient Homme, qu’un jogger devient coureur. Car Lucie, des casquettes, elle en a. Quand je reviens de la nutritionniste, Lucie la diététicienne lit attentivement les 4 pages de compte-rendus et concocte avec amour des plats équilibrés et savoureux. Puis, il y a Lucie la psy. Celle qui sait quand ça ne va pas et que le moral est au plus bas, notamment lors de cette longue blessure de l’année dernière. Elle trouve alors les mots qui remettent dans le droit chemin de la positive attitude. Lucie la masseuse est aussi très agréable. Quand les jambes sont lourdes, son cabinet est toujours ouvert pour remettre les muscles d’aplomb. Lucie la logisticienne sait aussi organiser les sorties familiales, pour ne pas rentrer trop tard la veille d’un entrainement matinal par exemple, ou éviter d’organiser un week-end pendant une course importante. Puis il y a Lucie la supportrice, qui motive son entourage pour venir m’encourager pendant une course. Enfin Lucie produit dopant, qui booste l’énergie sur plusieurs kilomètres.

Parce qu’avoir un mari qui court n’est pas toujours facile, je veux tout simplement lui dire merci!

Tags: , , , , ,