Marathon des Villages 2011



Marathon des villages 2011

Ce week-end, déplacement pour le marathon des villages, à Lège-Cap-Ferret. Comme j’ai pu le préciser vendredi, ce n’est pas pour y participer. Ma grippe est encore bien présente, et je ne me donne pas 1km avant de m’écrouler étouffé. Mieux vaut être prudent, c’est un spectateur que je m’y rends donc.

Samedi après-midi, avec Lucie, nous nous rendons au marché de Piraillan où a lieu la remise des dossards. Le temps est agréable, le climat est convivial. On y retrouve les marathoniens, mais aussi les équipes en duo, qui devront parcourir 16 et 26km. Aux stands, les bénévoles remettent aux inscrits un sac comportant certes le dossard et la puce mais aussi un t-shirt et une bouteille de vin. Sur un pilier du marché couvert, une carte du parcours est placé. Devant, la capitaine de l’organisation présente kilomètre par kilomètre le parcours du marathon tout en répondant à chacune des questions des coureurs. Convivialité et bonne humeur sont en rendez-vous et me font regretter de ne pas pouvoir prendre le départ.

Marathon des villages 2011: retrait des dossards
Retrait des dossards

Marathon des villages 2011: le capitaine de l'organisation
Le capitaine de l'organisation présente le parcours

Je profite de mon passage à proximité du tronçon du parcours qui se situe sur la plage pour tester le dispositif mis en place. Un tapis de 4 mètres de large est déposé sur le sable pour éviter aux coureurs de s’enfoncer. Je fais un test de quelques foulées, ca semble bien dur. Mais il faut être prudent et faire attention aux trous dans le sable dissimulés sous le tapis, au risque de se tordre une cheville.

Marathon des Villages: le tapis de plage
Tapis de plage

Le lendemain, Lucie et moi enfourchons les vélos et nous nous dirigeons vers la ligne de départ. Nous sommes un peu à la bourre, mais nous avons finalement le temps de nous positionner à 150m de la ligne de départ. Il reste quelques minutes avant le coup de pistolet. Le compte à rebours est déclenché, le public fait entendre sa voix pour encourager les coureurs. 3, 2, 1… Les coureurs se lancent sur les 42,195km du parcours. Je profite de ce moment pour prendre des photos puis Lucie et moi applaudissons et encourageons les coureurs qui défilent, jusqu’au dernier.

Marathon des villages 2011: le départ
Le départ est lancé!

Nous nous remettons en selle pour les encourager à nouveau un peu plus loin. Certains sont déguisés: Jésus porte sa croix, un tri-athlète s’est perdu et compte parcourir le marathon en tenue de nageur, un perruque rose par-ci, une autruche par-là… C’est la bonne ambiance. Le sourire est sur tous les visages.

Marathon des villages 2011: après la côte des gendarmes, le point de vue
Après la côte des gendarmes, le point de vue...

Re-pédalage. Nous nous dirigeons au km12. Juste après la côte des gendarmes, une des difficulté du parcours: une bonne montée bien casse papattes mais qui permet d’accéder à un point de vue sur tout le bassin d’Arcachon. Nous nous postons à cet endroit et attendons le 1er coureur. Le premier arrive, ses 2 poursuivants sont bien plus loin, au moins à 5 minutes déjà. Le peloton de tête est très étendu. Pas facile d’encourager dans ces conditions. Mais nous le faisons pour chacun des coureurs qui passent devant nous. Progressivement, le nombre de coureurs augmente. Nous applaudissons et nous encourageons les coureurs en les interpellant par leur prénom, marqué au feutre sur leur dossard. Les réactions à nos interpellations d’encouragement diffèrent: certains sourient, d’autres remercient, quelques uns, rien, pas de réaction… Celui-là fera un clin d’œil, celui un peu plus loin derrière, relèvera la tête, surpris d’entendre son prénom. On le sent s’extirper de sa bulle, de sa concentration, de sa course, pour voir qui l’encourage lui, personnellement… Puis on encourage Papa. Pas notre papa, mais celui de la fille juste à côté. Alors on applaudit Monsieur Papa. Puis Christian, qui pointe enfin sa casquette. On ne sait pas qui est Christian, si ce n’est une connaissance du groupe de supporters d’en face. Peut-être un ami, un oncle, un frère, un pote, un mari…

Puis la quinte de toux revient, on décide de rentrer. Le temps est idéal pour courir, mais pas pour des malades comme nous. Pour moi, le marathon des villages, ce sera en 2012.

Plus tard, j’apprends que le premier, Sébastien, aura terminé en 2h39min33sec. Il met presque 10 minutes au second. La première femme, Emma, aura mis 3h17min35sec.

Dans le train, pour notre retour à Paris, je découvre un tweet de MalinMaligne. J’apprends qu’elle était sur le marathon des villages elle aussi, pour courir avec Bob en Duo. Nous nous sommes loupés à pas grand chose pour, enfin, nous rencontrer IRL. Mais nous avons remis cela pour une prochaine fois. Promis!

10 Commentaires

  1. Faire une course en mode spectateur-supporter permet d’apprécier la course autrement.
    vous avez bien fait de participer malgré tout à l’ambiance de cette course.

  2. Ca a dû te démanger quand même… En tout cas, c’est une super idée d’avoir fait le déplacement malgré ta grippe. Tu l’as vécu différemment ce marathon, mais tu l’as vécu quand même. L’année prochaine, elle sera à toi cette course 🙂

  3. J’ai un copain qui a fait les 5 éditions de ce Marathon!
    Jésus alias « Gilbert DANTZER » ou inversement est vraiment super sympa et il en est à pas loin de 160 au compteur!

  4. Superbe CR, vraiment agréable a lire, encore un bon rétablissement a toi.

  5. Ils en parlent aussi: Le marathon des villages – Lège Cap Ferret – 8ème édition – 12/10/2014 | Rarámuri - Les pieds qui courent

  6. Ils en parlent aussi: Le marathon des villages – Lège Cap Ferret – 8ème édition – 12/10/2014 | Rarámuri – Les pieds qui courent

Laisser un commentaire