Prochaine course: le semi de Paris


Semi-Marathon de Paris 2012Ma prochaine course annoncée dans mon plan officiel 2012 sera le semi de Paris. Elle me tient à cœur: c’est la première course officielle que j’ai courue, en 2009. Depuis, j’ai couru chacune des éditions.

Le semi de Paris, ma course coup de coeur

Ma première course date de 2009, je n’avais pas fait de sport depuis plusieurs années, quelques footing par-ci par-là, mais rien de bien méchant. En janvier 2009, je prends la bonne résolution de perdre des kg en trop (8kg pour être précis). Pour me motiver, je me fixe un objectif: courir un semi-marathon, celui de Paris. Résultat: je termine en 1h45min21Sec. En 2010, j’améliore mon chrono et je descends à 1h36min;. En 2011, je passe sous la barre de 1h30: 1h29min57sec. Pour 2012, j’ai pour objectif de m’approcher des 1h25. Mais cela promet d’être difficile, je m’approche doucement de mes limites. Va falloir s’entraîner dur pour y arriver.

Un semi d’optimisation

Mais pour atteindre cet objectif, j’ai plusieurs variables supplémentaires que je peux optimiser:
Perdre 1 ou 2 kg en trop. Ca peut forcément jouer quand on commence à s’approcher de ses limites. Le tout sera de perdre ce qu’il ya de superflu, sans pour autant perdre de masse musculaire, ni d’énergie.
Ne pas faire de pause pipi après avoir franchi la ligne de départ (ce que j’ai fait pour chacun de mes semis de Paris). Il faut dire qu’avec le froid et le stress d’avant course, la vessie est malmenée. Et si je voulais être bien placé, il valait mieux rentré tôt dans les sas. Du coup, 30 min à patienter debout sur place sans pouvoir sortir du sas pour se soulager une dernière fois avant le départ, sous peine de perdre son placement n’était pas chose aisée. Mais cette année, je pars depuis le sas rouge, je serai donc de tout façon mieux placé que les années précédentes. Je pourrai donc me soulager quelques minutes avant le départ.
Réduire les temps aux ravitos. Je vais devoir mettre une stratégie en place. Oublier le ravito du 5ème km, voire du 10ème. Prendre le minimum sur le 15ème pour pouvoir perdre le moins de temps possible.

Le semi de prépa pour le MDP

Ce semi me permettra également de me préparer pour le marathon de Paris qui aura lieu 6 semaines après. Ce délai me permet de pouvoir viser un chrono pour le semi, tout en laissant le temps de récupérer et de finir de me préparer pour le marathon.

Pour ceux qui se sont présentés trop tard au semi de Paris pour s’inscrire, je les invite à s’inscrire au semi de Reuil Malmaison qui a lieu pile poile 4 semaines avant le marathon de Paris (le 18 mars). Il est idéalement placé pour l’intégrer dans son plan marathon. Un semi en compétition 4 semaines avant le marathon, à allure marathon, est idéal pour affiner les réglages avant le MDP. Il est en effet opportun de tester les gels, les vêtements qui seront utilisés pendant les 42km, la gestion des ravitaillements, de trouver ses repères par rapport à l’allure, de gérer le stress d’avant compétition, etc.

De plus, l’inscription au semi de Reuil-Malmaison est à seulement 18€ jusqu’au 16 février. Alors autant en profiter! En plus, j’ai entendu dire qu’une équipe Runnosphère se préparait pour Rueil…

10 Comments

  1. 1 heure 25, c’est mon meilleur temps à vie sur demi-marathon réalisé en 1987, dans ma jeunesse 🙂 Tes objectifs me rappellent des souvenirs. C’est excellent d’avoir fait 1:29:57 dans une course de masse comme le semi-marathon de Paris avec tous les inconvénients que ça comporte. Ce n’est pas propice aux meilleures perf à vie. Concernant tes stratégies, elles sont excellentes. Il faut obligatoirement être plus léger pour performer à son meilleur. Cependant, tu ne dois pas t’amaigrir au détriment de ton niveau énergétique qui doit bien être maintenu surtout avec toutes les courses que tu veux faire cette année. Ce n’est pas évident de tout bien gérer surtout quand on est pas un athlète à plein temps et qu’on fait d’autres choses dans la vie. Chose certaine, t’es un coureur bien réfléchi. Merci de nous faire partager tout cela.

  2. 1 heure 25, c’est mon meilleur temps à vie sur demi-marathon réalisé en 1987, dans ma jeunesse 🙂 Tes objectifs me rappellent des souvenirs. C’est excellent d’avoir fait 1:29:57 dans une course de masse comme le semi-marathon de Paris avec tous les inconvénients que ça comporte. Ce n’est pas propice aux meilleures perf à vie. Concernant tes stratégies, elles sont excellentes. Il faut obligatoirement être plus léger pour performer à son meilleur. Cependant, tu ne dois pas t’amaigrir au détriment de ton niveau énergétique qui doit bien être maintenu surtout avec toutes les courses que tu veux faire cette année. Ce n’est pas évident de tout bien gérer surtout quand on est pas un athlète à plein temps et qu’on fait d’autres choses dans la vie. Chose certaine, t’es un coureur bien réfléchi. Merci de nous faire partager tout cela.

  3. C’est difficile 1h25 mais c’est aussi dans la tête, faut pas que tu te fixes dessus. Avec – de 1h30 tu es dans un sas où il y a beaucoup de monde donc, prudence de ne pas te laisser enfermer pour partir sur un mauvais rythme.

    Pour ceux qui recherche uniquement un bon semi en région Parisienne, il y a aussi le 25 mars le très bon et rapide semi de Nogent sur marne (très relevé et vraiment bien).

    • Ouais, c’est un peu chaud. Mais faut y aller avec la tête comme tu dis. Car sans cela, de précieuses minutes peuvent être perdues…
      Merci Fabrice pour ces infos et tes encouragements.

  4. moi j’hésiterais pas avec le Semi de Rueil 🙂
    La balade en bords de Seine vaut le coup.

    On y accède facilement (2′ du RER) et l’organisation est sympa.
    Mais faudrait pas que ton billet ramène trop de monde non plus !

  5. Si tu arrives a perdre un petit kilo, tu peux peut être partir avec plus nourriture et boisson pour gagner sur les arrêts ravitos? 😉

  6. Le roi de l’optimisation !!
    Pour la pause « technique », ce n’est pas quelque chose que l’on maitrise forcément.
    En ce qui me concerne, sur semi et plus, j’effectue toujours une petite pause 100 ou 200m après le départ. Parfois, cela aide à ne plus y penser et à se concentrer à la course.

Laisser un commentaire