Mon premier 10km depuis… 2009!


Le 10km de Courir Ensemble - Handicap International

A l’occasion de la course « Courir Ensemble » organisée par Handicap International, qui s’est déroulée hier, j’ai renoué avec un 10km, distance que je n’avais pas courue depuis 2009, en 48min et 39sec.

Depuis le marathon de Paris, ma forme est en dents de scie. Mais j’ai de la chance de ne pas voir se répercuter cette baisse de forme sur mes sorties aux buttes Chaumont, dont les allures et les temps me surprennent après chaque sortie. Aussi, quand le réveil sonne ce dimanche matin, je n’ai pas du tout envie de me lever. Mais je m’extrais malgré tout de mes draps pour prendre mon petit déjeuner, puis me réveiller sous la douche, et enfiler ma tenue du jour. Direction le métro qui m’emmène dans le Bois de Boulogne.

Je me dirige d’abord vers le stand VIP pour retrouver Alain Tellier, l’organisateur de cette journée, où nous nous étions donnés rendez-vous. On me fait comprendre qu’il n’y est pas. Forcément, il doit être occupé avec Muriel Hurtis, Anna Gomis et Ryadh Sallem, les parrains de cette nouvelle édition. Et pour l’édition 2012, par de double boucles mais un parcours en plein cœur du Bois de Boulogne sur 10km.

Je me dirige donc vers le panneau d’affichage pour connaître mon numéro de dossard. Mais après plusieurs vérifications, mon nom n’y est pas. C’est Dorian, parmi les bénévoles qui font magnifiquement du bon boulot, et avec le sourire, qui s’occupe parfaitement de mon cas. J’ai un dossard tout neuf fait en direct. Mon ami Guillaume m’appelle, il est en train de se changer. Je le rejoins et je fais la connaissance de son partenaire de course Fouad. Le temps de déposer nos sacs et nous nous dirigeons vers le départ. Nous nous séparons, car j’essaie de rejoindre au plus près la ligne de départ. Je sais que Victor est également sur la course et je le cherche en vain parmi les concurrents. J’appréhende un peu cette course car, sur le papier, je dois pouvoir atteindre les 38minutes. Mais plus facile à dire qu’à faire…

Pan! Le coup de feu est donné. En moins de 1 seconde, je franchis la ligne de départ. Comme je n’est pas d’expérience et que je ne suis pas entraîné pour ce genre de course, je pars vite, très vite et je me retrouve avec les 10 premiers. Surpris, je décide de lâcher un peu car il y a 10km à parcourir. Je me dirige vers le deuxième virage et je boucle mon KM1 en 3’32 », ce qui est trop rapide. Je lève le pied, mais pas trop. Les virages sont serrés, et nécessitent de nombreuses relances. Les 3 premiers kilomètres semblent être en descente, ce qui rend la course rapide. Très vite, j’ai la bouche pâteuse, je ne me suis pas assez hydraté le matin et j’ai vraiment soif. Au KM4, j’emprunte la longue allée de la Reine Marguerite, composée de bosses pas très méchantes mais qui suffisent à casser le rythme et les jambes. Au KM5, je peux me saisir d’une bouteille d’eau. Malgré la fraicheur annoncée, le soleil s’est imposé très rapidement et une douce chaleur printanière est au rendez-vous. Mais cette douce chaleur me donne du coup très chaud, surtout à ce vitesse (moins de 4min/km; plus de 15km/h). Je me verse donc un peu d’eau sur la tête mais je n’arrive pas à boire en courant. On arrive au bout de l’allée et un virage à 180 degrés permet de découvrir mes poursuivants. Je cours seul depuis pratiquement le début de la course et je ne crois pas que c’est une bonne stratégie. Au virage suivant, je ralentis, je profite de ce moment pour boire et je m’intègre au groupe qui me poursuivait. Je me place derrière l’homme de tête, tout de noir vêtu. Il mène le groupe de 8 coureurs à bonne allure. Mais au KM7, on perd un peu de rythme, je sens que ca ralentis et que derrière ca commence à pousser. Finalement, un coureur décide d’attaquer et tout le monde le suit. Notre meneur d’allure en noir est abandonné, vidé. En le doublant, je l’encourage mais je crois qu’il n’a plus l’énergie pour poursuivre. Au KM8, un coureur me double en coupant le virage en épingle. J’essaie de le remonter mais le faux plat me casse les jambes. Je décide de marcher, juste une dizaine de secondes. J’ai l’impression de ne plus avoir d’énergie en stock. Au loin derrière moi, un coureur m’encourage et me dit de repartir. Je lui emboite le pas et je cours à ses côtés. Il ne reste « que » 1,5km. Je cours en mode automatique. C’est dur. Dernier virage. Il reste 500mètres. Mon compagnon de fin de parcours accélère et je le laisse partir un peu devant. Puis la ligne d’arrivée approche, je la vois. La foule est là pour encourager les premiers arrivants. J’essaie d’aller un peu plus vite et je franchis la ligne d’arrivée en 37min53sec. Je suis content. Je ne m’attendais pas à un tel chrono! J’apprendrai plus tard que je finis à la 30ème place!

Je remercie Aurélien, qui a franchi la ligne quelques secondes avant moi. Grâce à lui, je ne me suis pas englué à 1500m de l’arrivée. Il a l’air content de son chrono. Puis, je fais rapidement un passage  au ravitaillement pour reprendre de l’énergie, je prends mon t-shirt et je vais vite récupérer mon sac. Je retourne à la ligne d’arrivée pour attendre Victor et Guillaume. Victor vient juste d’arriver et il se fait retirer sa puce.  Je l’appelle et il s’approche de moi: avec ses 43min, il a l’air content. Épuisé mais content. Je le laisse récupérer et je me dirige un peu avant la ligne d’arrivée pour encourager les arrivants suivants. Quelques minutes plus tard, je vois Guillaume arriver. Le temps de le prendre en photo et de l’encourager, et il finit en 53min, son nouveau record sur la distance. Fouad est arrivé un peu avant sans que je ne le voies, en 50min.

Le temps de refaire la course tout en nous changeant, puis nous dirigeons vers le départ. Je salue et remercie une dernière fois Dorian. Cette course du Paris Running Tour valait vraiment le coup et je vous la recommande pour l’édition 2013.

23 Comments

  1. Encore bravo !! Quelle année, mais quelle année !! Est ce que tu arrives à réaliser les superbes performances que tu enchaînes ? L’entraînement pour le marathon de Paris t’a sûrement été utile pour ce 10km ? Bonne récup !!

  2. Très joli retour sur la distance ! Si on arrive tous les 2 « affûtés » le 24 juin prochain, ça serait bien qu’on arrive à faire tomber ce nouveau record et donc le mien, qui correspond peu ou prou à ton chrono d’hier. Encore bravo !

    • Passer sous les 37 min? Pour moi, ca va ête dur, puisque je vais m’entraîner sur de la longue distance pour mes 2 grandes courses de juillet. Mais comme j’essaierai de maintenir un travail de base VMA, qui sait…

  3. Bravo encore pour ton chrono! je serais aussi present le 24 juin 😉

  4. Un grand bravo Greg, tu enchaînes les perfs en ce moment. ça promet des belles envolées le 24 juin prochain 🙂

  5. Un joli record. Quelle progression en 3 ans!

  6. nan sérieux c’est pas possible 10mins sur 10km… avoue tu t’entraine jours et nuit ? 🙂
    En tout cas bravo pour cette excellent perf !!!

    • Ouais, c’est fou! Mais je suis parti de loin. D’ailleurs, c’était à partir de cette époque que je me suis mis à courir… Comment quoi, l’entrainement régulier, ca paie!

  7. Toute ta progression sur longue distance s’est exprimé sur plus courte aussi. Bravo pour ce PB ! Tu es à des années lumières de ce que tu avais déjà fait.

    • Oui, et j’en suis assez surpris. En travaillant spécifiquement sur cette distance, je pense pouvoir diminuer mon temps. Mais ce n’est pas ma priorité du moment…

  8. Fiouuuuuuuuuuuuu, ça va vite ! Bravo ! 🙂

  9. Bravo à toi pour cet excellent chrono !!
    Le faux plat au 8°km a m’a bien entamé !!
    Dommage que l’on ne se soit pas vu, mais tu étais trop rapide !! 😉

    • Merci! Ce n’est pas faute de t’avoir cherché avant et après la course. C’est dommage qu’on ne se soit, en effet, pas croisé à cette occasion…

  10. Pingback: Courir ensemble

  11. Pingback: Running together

Laisser un commentaire