Mon 10km de L’Equipe


10km de L'Equipe

Dimanche, c’était ma seconde participation de la saison à un 10km. Bien que ce n’est pas ma distance favorite, je me suis piqué au jeu et l’envie de faire un bon temps à 2 semaines de la Traversée de Verbier est bien présente.

Pourtant, la semaine précédent le 10km, je suis loin d’être en grande forme. Je me lève fatigué. Je lève même le pied sur ma préparation pour Verbier et je ne parcoure que 8km pendant la semaine, alors qu’en général, j’avale entre 60 et 70km. De plus, je ne me suis jamais vraiment préparé pour un 10km. Les courses les plus courtes que j’ai pu faire sont les semi-marathons. Et ce ne sont pas les mêmes allures!

Néanmoins, c’est avec mon positivisme naturel que j’ambitionne la course. Sur les conseils de mon épouse, j’annonce un 38min et 3 secondes sur le stand de Mizuno, la veille de la course, au moment du retrait des dossards. Florent, quand à lui, annonce juste avant moi un 34min58sec. Je le prends en photo histoiede lui mettre la pression, cela fait plusieurs fois qu’il veut passer sous les 35 min. Il m’annoncera d’ailleurs après la course avoir pensé à ce cliché compromettant et que ça l’a motivé…

Je rencontre Philippe et Salvio, qui annoncent une petite forme. Ils courront le lendemain sans montre, histoire de ne pas se mettre de pression… Giao et Giao semblent en meilleure forme…

Le lendemain, j’ai du mal à m’extirper de mes rêves. Le réveil sonne depuis un moment, mais il me faut plusieurs secondes avant de comprendre que je dois me lever ce dimanche, pour courir les 10km de L’Equipe. Je prends tout de suite mon petit-déjeuner, puis je file sous la douche histoire de réveiller mon corps. Comme on dit, j’ai la tête dans le pâté! J’hésite à prendre un café histoire de bien me réveiller, mais je sais que je risque de le regretter sur le plan digestif pendant la course. Je préfère boire quelques verres d’eau. J’enfile ma tenue du jour que j’avais préparée soigneusement la veille, puis je file; je suis à la bourre.

Dans le métro, je croise Victor. Ce n’est pas la grande forme. Il a un objectif officiel de moins de 42 min, mais il m’avoue que moins de 40 min serait idéal.

En sortant du métro, nous nous séparons et je me dépêche de retrouver Sébastien à la boutique Unik Sports, car j’ai son dossard. Philippe et Salvio sont déjà là. J’enlève rapidement mon survêtement et je remets mon sac au gérant de la boutique, et nous partons nous échauffer. Je lance ma Garmin, mais impossible d’accrocher les satellites. Nous rencontrons au passage Giao, et Seb.

Puis, l’heure du départ approchant, nous nous glissons dans le sas des moins de 38minutes. Nous sommes sur l’arrière de ce sas préférentiel, mais nous ne sommes qu’à 5mètres de la ligne de départ. Florent est quelques mètres devant et nous salue. Plus que quelques minutes avant le départ, Antoine de Team Outdoor vient de nous rejoindre dans le sas. Il nous salue. Comme nous connaissons ses performances, nous lui signalons que Florent est juste devant, afin qu’il le rejoigne. Coup de pistolet. Nous sommes assez surpris car nous n’avons pas eu de compte à rebours. Je ne capte toujours pas les satellites mais je déclenche le chrono. Je vois Salvio partir comme une balle, et j’essaie de le suivre. Je contourne par le flan droit afin de me retrouver avec lui mais au moment de me remettre dans le centre, je ne le vois pas. Je me retourne, il est derrière moi, suivi de près par Philippe. Je cale mon allure sur le coureur de devant. Je regarde ma montre pour identifier mon allure, car mon manque d’expérience sur 10km font que je manque de repères. Mais ma montre n’a toujours pas accroché de satellites. Je ne connais pas mon allure, et je vais devoir m’en passer pendant les 4 premiers km.

Pendant le premier km, je me retourne assez souvent, histoire de voir si Salvio et Philippe se rapprochent de moi, afin que nous courions ensemble. Mais la distance est maintenue. Les 3 kilomètres suivants, j’ai l’impression qu’il y a un faux plat en permanence. Je ne sais pas comment est mon allure, et je n’aime pas être dans le flou. Et en arrivant à Nation, je vois un peu les étoiles, les jambes me brûlent, je m’arrête, 5 secondes, puis je repars. Difficilement. Je « prends un peu mon temps » sur 400m, j’en profite pour boire. Puis je relance. Je profite du ravitaillement du mi-parcours pour boire de l’eau et je m’en asperge la tête. Nous sommes sur la portion qui permet de voir les coureurs sur le retour. Je vois Jean-Christophe suivi de près par Florent, et je les encourage à leur passage. Je ne suis pas à ma meilleure allure lorsque j’entame le retour vers nation. Je vois Salvio et Philippe qui me font signe; je tire la langue. Je décide de marcher à nouveau et de prendre mon gel Isostar, histoire de rebooster un peu.

10km de L'Equipe
Copyright A.S.O. crédit photo « photorunning »

On arrive au 6ème km et je commence à reprendre un peu d’allure, dans la descente du boulevard Diderot. Mais à peine ai-je eu le temps de reprendre mon souffle que la rue de Reuilly s’impose devant moi, avec le vent de fasse. J’accélère un peu pour me coller au peloton devant moi, histoire de ne pas trop ressentir le vent. Mais sur 10km, les pentes ont souvent raison de moi. Et je ne suis pas le seul; 1 premier coureur s’arrête, puis un second. Je commence à faiblir et à ralentir. Mais le coureur à mes côtés lance un « allez », qui permet de me rebooster un peu. La côte semble interminable… Elle l’est. Elle ne se termine pas.

Puis, la pente se fait doucement oublier. Je franchis le 8ème kilomètre et le chemin redescend. J’en profite pour allonger la foulée, tout en récupérant. J’arrive avenue Daumesnil en bonnes conditions pour terminer sans trop forcer. Même si j’avais envie de faire un bon chrono sur cette course, mon objectif est dans 2 semaines, avec la Traversée du Verbier. Le vent souffle de face, et les coureurs devant moi se sont alignés sur la droite. J’accélère la foulée pour recoller au peloton. Nous n’avons plus que 1km à parcourir, c’est le moment pour certains coureurs de lancer l’accélération. Je ne suis pas, mais j’arrive à passer à l’avant du peloton. J’entends un coureur derrière moi qui halète fortement. Puis il commence à me doubler, avec un souffle bien  particulier. Je jette un oeil rapidement et je découvre Salvio, essayant de me doubler. Le défi est lancé, il est hors de question qu’il passe devant. On franchira la ligne ensemble, un point c’est tout. Nous voyons depuis le 9ème km l’arche d’arrivée. Mais 1 km, c’est long tout de même. Sur 10km, pour nous, ca dure en moyenne 3’48 ». Mais nous allons mettre moins de temps, c’est sûr, vu le rythme qu’on s’impose sur cette dernière parcelle de route. Et puis, sur les 100 derniers mètres, nous accélérons pour franchir la ligne d’arrivée ensemble, en moins de 38min. Nous sommes dans les 200 premiers.

10km de L'Equipe
Arrivée avec Salvio - Copyright Frédéric Poirier

A peine la ligne d’arrivée franchie, je vois Antoine de Team Outdoor. Je m’approche de lui dans ma décélération puis je m’écroule par terre, vidé. Je m’allonge sur le bitume. Je souffle en lui parlant. Après une dizaine de secondes, je me relève. Je vois alors qu’un bénévole se dirigeait vers moi pour savoir comment j’allais. Je lui fait signe que tout est okay. Antoine a fini en 35min10, il est 55ème. Je vois Philippe qui franchis la ligne à son tour, en 38min35sec. Je retrouve Salvio pour le féliciter pour son nouveau record. Nous rejoignons Philippe qui s’est assis sur le trottoir un peu plus loin. nous sommes contents. Epuisés, mais contents. Une femme vient alors à ma rencontre. Elle fait partie de l’agence française de lutte contre le dopage (AFLD) et me propose de faire un test. Curieux comme je suis, j’accepte. D’autant que je suis généralement assez vigilent par rapport aux médicaments que je prends; je fais toujours attention à ce que les médicaments ne soient par contre-indiqués pour les sportifs. Une fois le flacon rempli, on me soumet à un questionnaire. Sachant que le cerveau est encore péniblement alimenté en oxygène, je dois être concentré. Mais je m’en sors. Une fois le questionnaire rempli, on revient avec les résultats de mon test: il est négatif, je suis officiellement clean!

Tous les 3, nous repartons pour nous approvisionner et faire le plein d’énergie. Je suis assez épuisé et j’ai vraiment besoin de faire le plein. Nous croisons Victor, qui attend le reste de sa team. Il termine en 40min53, et semble un peu déçu!

Jean-Pierre aussi nous retrouve, armé de sa GoPro. Il nous interview sur notre course, mais je suis incapable de me souvenir de ce que j’ai pu raconter. Je vois surtout les stands pleins de sucrés et de boisson. Une banane, un cake, un boisson et nous remontons direction les vestiaires.

Je croise alors Sergo de M., un ami Facebook. C’est la première fois que nous nous rencontrons. Nous échangeons quelques mots puis je repars pour les vestiaires. Mon maillot est trempé et je commence à avoir froid. D’autant qu’une pluie fine et le vent se sont invités pour la fin de la course. Je commence néanmoins la queue pour faire la photo L’Equipe. Mais il y a déjà beaucoup de monde et je grelotte. Je sors de la file puis-je trottine dans le village. Il y a beaucoup de monde. Je décide de filer vers la boutique pour récupérer mon sac et m’habiller rapidement et plus chaudement. J’y retrouve mes compères autour d’une table de ravitaillement mis en place par Unik Sports. Je peux enfin mettre des habits secs et chauds. Et je bois plus d’un litre de liquide. Je pense que je me suis bien déshydraté. Et je sens que ca va mieux. Nous échangeons et refaisons la course. De nombreux blogueurs nous retrouvent. C’est vraiment sympa! Mais l’envie d’un bon plat chaud, d’une douche et d’une sieste commencent à se faire sentir.

Je salue tout le monde et je prends le métro du retour avec Florent (vainqueur du classement des blogueurs en 34min39), Philippe, Victor et Carine. Puis nous nous saluons; nous nous retrouverons jeudi, à la Pasta Running Party…

Après cette course, voici venu le temps de l’analyse. Pas grand chose à dire puisque je ne suis pas entraîné pour ce type de course, surtout dernièrement puisque j’ai privilégié l’endurance longue. Néanmoins, le fait de devoir marcher pendant un 10km suscite des interrogations: est-ce dû au manque d’entrainements sur la distance? Est-ce que je pars trop vite? Est-ce que je suis fragile psychologiquement? Des questions qui ne peuvent trouver de réponses tant que je ne m’entraînerai pas sur cette distance. Affaire à suivre donc…

Remerciements:

Je tiens particulièrement à remercier:
– L’Equipe, pour m’avoir invité à cette course et avoir mis en place le classement des blogueurs (j’arrive à la 3ème place),
–  l’ASO, pour l’animation de la communauté Twitter/Facebook, leur accueil dans leurs locaux et la mise en place avec Runners.fr de la vidéo SAV,
– la boutique Unik Sports, pour son accueil le jour de la course, idéal placement à 100m de mon sas de départ,
– Casal Running pour ses encouragements,
– toute la Runnosphère pour sa participation massive à l’événement,
– vous tous, pour vous encouragements.

Leur récit:

– Jahom: http://jahom.wordpress.com/2012/06/25/les-10-kilometres-de-lequipe-de-la-runnosphere/
– Salvio: http://www.jecoursparis.fr/10km-de-lequipe-lavantage-de-jouer-chez-moi/
– Florent: http://florentcoureur.wordpress.com/2012/06/26/les-10km-de-lequipe-record-battu-et-objectif-rempli/
– Jean-Pierre: http://runreporterrun.wordpress.com/2012/06/24/nouveau-record-sur-10-km-pour-mathilda/
– Giao: http://thegiao2001.typepad.fr/inzesentier/2012/06/resultats-des-10-km-de-lequipe-2012.html

14 Comments

  1. – de 38′ en marchant et sans entrainement spécifique ça laisse rêveur.
    Bravo.

    • Ouais, il me faut surtout de l’expérience sur la distance, ca m’évitera de faire n’importe quoi, et peut être que le chrono pourra être descendu…
      En tout cas, merci pour les encouragements!

  2. Je pense que tu as brule bcp d’energie sur l’Avenue de la Republique, si non sa serait été plus difficile de te rattrapper. De tout façon, tu continue de m’impressioner pour tes résultat … si tu continue avec cette progression tu risque de sortir de ma black list et d’entrer dans la black list de Florent et Jean-Christophe 🙂 tu comprende ce que je veut te dire, n’est pas?

    • Je crois aussi. Mon manque de repères dû à mon expérience et la montre qui ne pouvait me donner mon allure ont fait que j’ai explosé très vite. Donc, il y a encore un axe de progrès non négligeable…
      Pour la Black list, je n’arrête pas de prévenir Florent, mais il ne me prend pas au sérieux… 😉
      Ravi en tout cas d’avoir franchi la ligne avec toi!

  3. Très belle course malgré ton arrêt! Bravo!

  4. Voilà une belle confirmation du chrono établi dans le bois de boulogne pour handicap international ! Place à la montagne maintenant, ça risque d’être grandiose et bien différent d’un aller retour sur le cours de Vincennes 😀

  5. A plat ventre juste après la ligne d’arrivée, c’est un (bon) signe de ne pas avoir gardé grand chose sous la semelle !
    Méfies toi quand même de tes départs canon. il parait que certains en subissent des arrêts un peu brutaux…
    C’est surement une bonne piste à creuser pour finir en tête de la black liste la prochaine fois 😉

    • J’avais prévu de finir trankilou, mais Salvio m’a titillé (le coquin!). Finir le dernier kilo à 3min30/km, avec un finsih sur 100m à 3min/km (20km/h), forcément… je finis dans le même état que toi après le semi de Rueil! 😉
      Sérieusement, j’étais perturbé de ne pas avoir ma montre afin de caler mon allure. Comme ce n’était que mon 2ème 10km, je manquais forcément d’expérience, et donc de repères.

  6. Rapide sur la course, rapide sur la sortie du CR, bravo! Je ne savais pas que tu avais marché ni que tu t’étais écroulé, tu avais l’air bien lorsque je vous ai rejoint 7 et qq minutes plus tard. Bravo en tous cas, c’est impressionnant

  7. Très belle perf malgré avoir marché! Beau travail, Greg!

  8. Ta progression est fulgurante et malgré ton manque d’entraînement tu réalises des performances impensables pour moi ! Quel chrono tu vas nous sortir du chapeau lorsque tu auras l’entraînement approprié ? 🙂
    Bonne dernière semaine jusqu’à la traversée du Verdier ! j’ai hâte de te lire !

  9. Pingback: Ma Traversée de Verbier Saint-Bernard | Greg Runner

  10. Pingback: Mon semi-marathon de Paris 2013 | Greg Runner

Laisser un commentaire