Quechua Trail des Fiz: veille de course


Quechua-Trail-des-Fiz-Retrait-Dossards

Le Quechua Trail des Fiz a lieu à Plaine Joux, un plateau situé au-dessus de Sallanches, en Haute-Savoie. Le samedi, veille de course, est le jour pour me rendre sur place depuis Paris.

Le réveil sonne à 8h. J’ai le temps; mon train est à 10h13. Mais j’ai du mal à ouvrir les yeux. Pas à cause du manque de sommeil mais mon œil droit est difficile à ouvrir. Je file à la salle de bain, et je découvre dans le miroir que le blanc de l’œil est devenu rouge. Et je n’y vois plus rien, juste du flou avec cet œil. Je prépare néanmoins mes affaires, je me douche et je prends mon petit déjeuner. Puis je file vers la gare de Lyon. Sur la route, je m’arrête à une pharmacie. Le remède: des gouttes pour nettoyer mon œil, et une seconde solution anti-bactérienne.

Arrivé à gare de Lyon, je me rends compte que j’ai oublié mon Camel-back. Je monte dans le train pour un trajet qui va durer 5 heures. C’est l’occasion de me reposer un peu , de prendre un bon déjeuner fait maison à base de pâtes complètes et de jambon blanc.

Arrivé en gare de Sallanches avec un peu en avance (ça arrive suffisamment rarement pour pouvoir le souligner), je retrouve néanmoins mon hôte Bastien, qui court aussi les 60km du lendemain. Sur la route pour acheter mon Camel-Back, j’appelle d’abord Cécile Bertin qui m’avait annoncé qu’elle serait présente samedi sur Plaine Joux mais qu’elle ne courrait pas, à cause d’une douleur aux genoux. Finalement, j’apprends qu’elle a couru la 6000D et qu’elle fait son traditionnel Mac Do d’après course. Elle sera aussi présente le lendemain sur le 30km.

Je téléphone aussi à Doune, qui nous rejoint à Plaine Joux. Le temps de faire nous achats, de déposer mes affaires à l’appart’ et nous retrouvons Damien au retrait des dossards. Ce dernier nous apprend qu’il ne courra pas, blessé. Il préfère se réserver.

Arrive mon tour de retirer mon dossard. Invité par Quechua, j’avais signalé en début de semaine qu’il y avait une erreur et que j’étais inscrit sur le petit tour au lieu du grand tour. Sur place, l’information ne semble pas être passée. Bien qu’expliquant que je suis invité par Quechua, que je cours également pour récolter de l’argent pour la lutte contre le cancer, les organisatrices restent rigides. Cela se termine sur une simple réponse: « C’est pas grave, courrez le 30km, et venez courir sur le 60km l’année prochaine ». No comment…

Je repars avec un dossard 30km entre les mains. Je suis plus que déçu, et je pense que Damien et Bastien s’en rendent compte. J’appelle donc l’équipe Quechua, qui n’est pas sur place, pour essayer de débloquer l’affaire. Nous attendons donc sur place, attendant que la situation trouve une issue favorable. C’est l’occasion de discuter tous les trois. Dommage que l’endroit soit un peu perdu, on aurait pu s’installer en terrasse pour boire un coup et se tailler un bavette. Après de nombreux échanges téléphoniques infructueux avec Quechua, nous décidons de redescendre. Nous faisons les courses pour notre dîner du soir. Nous abandonnons Doune et nous nous dirigeons au logement.

J’y fais la rencontre des parents de Bastien, qui m’accordent un accueil convivial et chaleureux. Nous préparons nos affaires puis nous dînons. A 22 heures, les nouvelles ne sont toujours pas au beau fixe.Pour des raisons de transport et de véhicule pour nous rendre sur place, je dois de toute façon accompagner Bastien pour le départ qui a lieu à 5h du matin. Si je cours le trail court, je dormirai dans la voiture en attendant le départ de 8h30.

Nous nous couchons à 22h30. Mais assez énervé par la situation, j’ai du mal à trouver le sommeil. Je ne ferme pas l’œil avant minuit.

A 3 heures du matin, le réveil sonne. Nous nous préparons et partons pour la ligne de départ. Il a plu toute la nuit et la route est encore fraichement humide. Nous arrivons un peu après 4h. Je revois les organisatrices. Après une âpre négociation, j’arrive enfin à avoir mon dossard pour le 60km. Je retrouve le sourire. Il faut maintenant que je me concentre pour la course…

 

8 Comments

  1. eh bien, que d’aventures avant l’aventure ! 😉

  2. Bouuu, bien compliquée cette affaire là. J’attends ton prochain post car je te trouve pas dans le classement du 60 ?

  3. La suite, la suite ! 🙂

  4. t’as été patient…
    j’aurais pas pris le temps de passer 1000 coups de fils et serait aller me reposer tranquillement sans stress pour courir le 60 avec un dossard du 30 😉

    • C’était une option que j’ai envisagée mais ils pouvaient me mettre sur le côté pendant la course et m’empêcher de courir, ne pas me permettre d’accéder aux ravitaillements, et surtout, en cas de pépin, me faire tout payer (hélico, etc)…

  5. Pingback: Mon Quechua Trail des Fiz | Greg Runner

Laisser un commentaire