Mon 10km du 14ème: record personnel égalé!



Arrivée du 10km du 14ème

Dimanche matin, j’avais rendez-vous dans le 14ème arrondissement de Paris pour en découdre sur un 10km, et un chrono que je voulais baisser. Avec le froid, ce n’était pas gagné!

A peine arrivé sur place, je rencontre Nour-Eddine, que j’avais notamment croisé l’année dernière sur le semi de Rueil-Malmaison, puis dernièrement, lors des séances de la Team Asics Presse. Le temps d’échanger quelques mots et je sens les flashs crépiter sur moi. Il s’agit de Philippe, aka Pink Runner, armé de son appareil photo, et toujours bien accompagné. Il vient pour soutenir sa compagne, dans le cadre des régionaux. Nous nous dirigeons ensemble vers les vestiaires. Je tombe alors sur Giao, qui ne me voit pas. Il faut dire que j’ai mon buff sur le nez, et le bonnet qui me couvre la tête. Une petite blagounette comme je sais le faire « Sympa ton t-shirt Runnosphère ». Il me regarde avec une oeil interrogateur et encore dans le flou (je soupçonne une nuit courte…). On a juste le temps d’échanger quelques mots et je file dans les vestiaires. Le temps de nous changer et je croise Victor, ce gars qui me grignotte des secondes sur 10km, discrètement, dans mon dos, style de rien, et qui, sûrement un jour, me tapera sur l’épaule en pleine course en me lançant avec un petit sourire « Ça va, vieux? » puis me laissera sur place.

Mais pour le moment, je peux être rassuré. Il n’est pas réveillé, au point de se cogner la tête sur un panneau. Pendant qu’il se change, je parle avec une femme qui hésite à enlever la seconde couche qu’elle a sur les jambes. Je lui conseille de la retirer, car on a toujours plus froid au niveau du tronc qu’aux jambes. Une fois Victor prêt, nous déposons nos sacs aux vestiaires puis nous affrontons le froid. Lui il est en short, je ne sais pas comment il fait. Nous nous dirigeons vers les toilettes.

Nous nous séparons, le temps pour moi de m’échauffer rapidement et de me positionner sur la ligne de départ. Je discute avec la femme à mes côtés, qui m’explique un peu le parcours, notamment comment ça se présente sur les premiers 500m. C’est ici qu’elle a fait son meilleur chrono, l’année dernière. J’espère que c’est de bonne augure pour moi.

Je sens qu’on me tapote sur l’épaule. C’est Jean-Pierre qui a tendu le bras à travers la foule pour me faire un petit coucou. Je sais qu’il ne veut pas forcer sur cette course, et qu’il donne la priorité à la course de la semaine prochaine: le semi-marathon de Paris. Il fera donc ce 10km en mode exercices du dimanche. Il est accompagné de Julien, à qui je fais signe de loin. Harry Bignon, l’animateur de cette course, assez connu sur le Paris Running Tour, et les courses de la région parisiennes, nous annonce un départ imminent. 4, 3, 2, 1….

C’est parti. Plus de 1 000 coureurs sont sur le départ. Du coup, ça joue des coudes, surtout que c’est en entonnoir dès les premières dizaines de mètres. Au bout de la ligne droite, petit virage sur la gauche. La foule compacte se sert sur mon côté. Deux vélib sont idéalement mal placés dans l’intérieur du virage mais je passe. Ça bouscule encore un peu mais c’est bon, la foule s’allonge, on peut respirer. Philippe, positionné sur le trottoir lâche un « Allez Greg » qui encourage bien dès le départ. Je ne remarque pas tout de suite que je pars trop vite. Mais le souffle est bon, les jambes répondent bien même si je les sens un peu cotonneuses. Je ne connais pas le parcours, et je le découvre en courant. Les virages sont secs et il faut bien anticiper, car la place en intérieur de virage est chère. Sur un d’entre eux, je me suis trouvé à côté d’un coureur qui serrait le virage et d’un revers de main, il m’a éloigné de cette ligne qui permet de ne pas courir de mètres en trop, m’éjectant très facilement.

Au second kilomètre, je remarque que je cours encore trop vite, je tente de ralentir légèrement pour me trouver un bon rythme. Mais au fur et à mesure des virages, ainsi que des faux plats, ça devient dure de maintenir l’allure. Au 5ème kilomètre, je sens même une fatigue qui ne doit habituellement pas arriver avant le 7ème kilomètre. J’hésite entre la stratégie offensive, qui consiste à puiser dans les réserves pour aller chercher un record personnel assuré, ou maintenir une bonne allure mais sans me mettre dans le rouge. Le froid brûle les poumons, j’aurai d’autres occasions de faire baisser ce chrono. Et puis il y a le semi de Paris la semaine prochaine. Du coup, je cesse de regarder ma montre et je cours au feeling. Nombreux sont les coureurs qui me doublent. Un d’entre eux me double en soufflant « Allez la Runnosphère ». A son passage, je lui fais une tape dans le dos et je le remercie. Un km plus loin, rebelote. Je trouve cela sympa que des coureurs encouragent la Runnosphère. C’est le signe que notre communauté de blogueurs arrivent à toucher les coureurs, les lecteurs…

Il reste deux kilomètres. Je prend mon gel Booster Cola de Isostar. J’hésite à accélérer. Suite à la première boucle, je sais qu’au bout de cette longue ligne droite, nous auront une courte montée sur la gauche avant de filer à droite  sur du plat, vers la ligne d’arrivée. Un peu avant la côte, j’entends haleter. Je décide d’accélérer. Je monte avec cette foulée que j’ai su développer en trail, puis nouvelle accélération. Je découvre qu’il faut faire une grand boucle avant d’accéder à la ligne d’arrivée. Je vois un peu des étoiles mais je maintiens le rythme. Dernier virage, et c’est le sprint final. Je n’en peux plus. Le froid glace mes poumons, mes jambes sont en feu. Je franchis la ligne d’arrivée en coupant mon chrono et je m’appuie sur un poteau pour reprendre mes esprits. Quelques secondes après, je découvre mon chrono: 37min55sec. Il me manque une seconde pour égaler mon record (finalement, j’apprendrai un peu plus tard via Top Chrono que j’ai égalé mon record)…

Je récupère mon t-shirt et ma médaille qui pourra rejoindre mon « Wall of Fame ». Je bois une soupe chaude, je mange quelques raisins et je file rapidement vers les vestiaires, pour ne pas prendre froid. Dans les vestiaires, je tombe sur la deuxième personne qui m’a encouragé pendant la course. C’est un lecteur de mon blog, il s’appelle François. Il est l’un des auteurs du blog collaboratif Mangez des pâtes. Nous discutons pas mal de temps et nous découvrons que nous aurons l’occasion de nous revoir au semi de Paris. Nous nous séparons à la sortie des vestiaires. Je décide de retourner à la ligne d’arrivée pour voir si je reconnais des têtes. Je tombe sur Vincent Dogna qui sera en fin de semaine au salon expo du semi de Paris pour présenter ses œuvres (je vous invite à visiter son stand et à échanger avec lui, il est très sympa – Personnellement, mon tirage préféré est « Suivre la Trace« , et vous?). Prochain objectif pour lui, le marathon de Barcelone.

Après nos échanges, je me rends au niveau de l’arrivée, mais sans retrouver mes amis qui étaient sur la course. Je retourne aux vestiaires et je tombe sur la femme qui avait une épaisseur en trop avant le départ.  Je lui demande comment ça s’est passé. Elle a l’air contente, ne regrettant pas d’avoir retiré une couche. Mais maintenant, elle l’a regrette et décide donc de vite rentrer. J’essaie de joindre Jipé par téléphone, mais en vain. Je décide donc de rentrer, car je commence également à avoir froid. Je retrouve avant de partir Guibé, avec sa flamme 1h00 de meneur d’allure. A voir son sourire et son enthousiasme, il a passé un excellent moment avec les coureurs qu’il a su mener vers leur objectif de 60min. Je le quitte. En moins de 3h, plus de 1100 personnes seront venues pour animer ce 14ème arrondissement de Paris et seront repartis aussi vite qu’ils ont couru…

Prochaine course: le semi de Paris!

24 Commentaires

  1. Ce fût un grand plaisir de te revoir en course!
    BRAVO pour ce super chrono qui en augure un autre très bon dimanche prochain!

    • J’ai étais également heureux de te revoir! Je pense qu’on va se croiser plus souvent dorénavant! 😉
      Merci en tout cas pour tes encouragements (et la photo!)!

  2. Tu es très fort en ce début d’année. Bravo pour cette belle performance! D’un autre François mais un Québécois celui là 🙂

    • Ouais, c’est pas mal. Les courses s’enchaînent bien, mais il me reste encore 3 courses consécutives et il faut que j’arrive à bien gérer la récupération. On va voir ce que ça donne.
      Merci le Québécois! 😉

  3. bon finalement c’est pas si mal.
    un record égalé ça pose de bonnes bases pour la suite de la saison. tu vas pouvoir envoyer du gros maintenant 🙂
    Et penses aussi à faire un peu de muscu, ça t’éviteras de te faire éjecter de la corde d’un revers de la main…

    • Ouais, pas si mal. Mais du coup, je n’ai pas bu ma blonde, mais un verre de vin tout de même pour fêter cela! 😉
      Le gars qui m’a éjecté faisait facile 10kg de moins que moi. Mais avec la force centrifuge et la vitesse, faut mieux avoir une bonne adhérence sur le bitume…

  4. Chapeau Greg ! Deuxième 10km cette année et déjà tu égales ton meilleur chrono sur 10km !

    • Merci Adrien. Mais en même temps, mon record avait été réalisé suite à une prépa marathon. Une bonne prépa 10km devrait me permettre de bien descendre ce chrono. Enfin j’espère…

  5. Bravo Greg pour ce record égalé ! La forme est là, bonne fin de prépa pour ton semi dimanche prochain 🙂
    C’est vrai qu’on a tendance à trop se couvrir l’hiver quand on débute en course à pied 😉

    • Merci Sylvie! J’espère que la forme sera encore là dimanche!
      Pas que quand on débute. Parfois, je fais mon frileux et je me couvre aussi un peu trop…

  6. Très beau chrono, tu es en forme au bon moment 🙂

  7. Bravo beau chrono! de bon augure pour la suite

  8. Bravo, ça augure une bonne saison ! 🙂

  9. Bravo Greg ! Quel chrono…ça fait rêver surtout qu’on sent bien à travers ton récit que tu n’étais pas au max de tes capacités. Le chrono va vite tomber !

    • Merci Sandrine! C’est vrai que j’ai moyen de faire mieux, mais la machine ne voulait pas dimanche. C’est frustrant. Mais j’ai toute l’année pour faire quelque chose…

  10. Ils en parlent aussi: TEST: Adidas Energy Boost | Greg Runner

  11. Bravo à toi, tu tiens la forme pour ce début de saison. Bonne continuation.

  12. Salut Greg, au plaisir de te revoir demain sur le semi !

  13. Ils en parlent aussi: Mon semi-marathon de Paris 2013 | Greg Runner

Laisser un commentaire