Mes foulées du 12ème

pub

Foulees-du-12eme-2013

Un grand soleil accueille les foulées du 12eme. Quoiqu’il arrive, ce sera un plaisir de courir sous le soleil de printemps…

Du beau monde au départ

En quittant le foyer qui sommeille encore, je me demande ce que cette course va donner. Sur place, je dépose mon sac aux vestiaires puis je me dirige vers la ligne de départ. Je ne trottine pas, j’ai les jambes un peu lourdes. Je marche. À proximité de la ligne, Bernard vient à ma rencontre. Il est déjà échauffé et prêt à d’en découdre avec les 10km. Puis nous rejoignent Jean-Pierre et Gilbert. Ça fait vraiment plaisir de retrouver Gilbert sur une course après 2 ans d’absence. Se joint ensuite à nous Dare DareMarathon. Le temps de discuter un peu, de poser pour la photo et je pars m’échauffer.

Je fais les quelques exercices appris avec Marc Raquil lors des entrainements Team Asics Presse puis je file rejoindre la foule amassée sur le départ. J’essaie de me frayer une chemin vers l’avant du peloton et je retrouve Victor. Il est en grande forme en ce moment. On se dit qu’il y a moyen de courir ensemble. Ma montre est bloquée sur un 3min45/km, allure à ne pas dépasser sur les 5 premiers kilomètres, histoire de ne pas me cramer. L’heure du départ approche…

Victor en coéquipier

Le coup de feu du départ retentit. Nous ne sommes pas idéalement placés pour l’allure que nous nous sommes fixée. Et nous n’avions pas de légitimité à demander à passer devant car il n’y a pas de chrono temps réel mais uniquement un chrono officiel. Du coup, tout le monde s’approche de la ligne. De toute façon, il ne me faut que 2 secondes pour franchir la ligne. Par contre, il faut doubler un flot de coureurs aux allures variées. Avec Victor, nous doublons dans l’herbe sur le côté droit. J’essaie de ne pas trop perdre d’énergie. On doit parcourir une bonne centaine de mètres ainsi, avant de retrouver le bitume.

L’allure est bonne. On est dans un bon rythme. Je regarde régulièrement dans mon dos; Victor me suit. On est sur une bonne allure sur les 5 premiers kilomètres, ce qui nous permettraient de faire le 10km en 38min. Mais progressivement, le soleil chauffe. Et la température monte. J’entends de temps en temps Victor qui peste dans mon dos par rapport à la chaleur . Et pour corser le tout, il y a aussi une partie du parcours face à un vent assez fort, qui casse les pattes. J’ai hâte de prendre une bouteille d’eau au ravitaillement et de me l’asperger sur le crâne. Puis un mirage apparaît. Giao est sur le côté de la course. Encore une fois, je ne comprends pas ce qu’il fait là, puis je me dis qu’il doit aider un(e) de ses amis pour la seconde partie du parcours. Je lui tape dans la main, comme si j’avais besoin qu’il me transmette un peu d’énergie…

Un peu après le KM5, je saisis une bouteille d’eau. J’attends le virage avant de l’ouvrir et de me déverser de l’eau sur la casquette et sur la nuque. Ca refroidit. Un peu trop peut-être. Dans tous les cas, cela a un effet qui me scie les jambes et me coupe le souffle. Néanmoins, j’essaie de maintenir l’allure mais rien n’y fait. Je dis à Victor de poursuivre sans moi et je me mets à marcher. Je reprends mon souffle. Dare DareMarathon, posté à cet endroit, me rappelle qu’on est pas sur un trail. Je bois quelques gorgées d’eau puis je repars. J’ai perdu une vingtaine de secondes.

6ème km, le coup de chaud

Un peu avant le KM7, on m’encourage. je plisse les yeux mais je ne reconnais pas mes supporters du jour. J’apprendrai un peu plus tard via Twitter qu’il s’agissait de Run-O de MaCAPdam.com. Le contre-coup de l’épisode précédent ne me rend pas très lucide, mais je lève la main pour les remercier, tout en me concentrant sur la bordure de trottoir afin d’éviter de m’étaler. Le vent souffle à nouveau de face. Je me cale derrière un coureur assez grand. Mais cela le dérange, il ralentit l’allure puis accélère au moment où je veux le doubler. J’attends du coup qu’il ralentisse pour me refaire les jambes puis j’accélère pour passer devant lui. Au KM7, je vois un photographe, je souris, mais caché derrière son objectif, je ne le reconnais pas. C’est lorsqu’il me lâche un « allez Greg » que je devine qu’il s’agit de Frédéric, avec qui j’avais couru la Vertigo il y a 2 semaines.

Je prends mon gel Isostar histoire de reprendre un peu d’énergie. J’ai en visuel Victor, qui doit être 100 mètres devant moi.  J’essaie de rester concentré pour ne pas perdre d’énergie inutilement. Il reste 1500 mètres et je sens que les coureurs commencent à attaquer. Ainsi, un premier coureur me rattrape. Je ne baisse pas l’allure. Il reste pendant 1 minute derrière moi pour reprendre un peu son souffle puis il me passe devant. Je me cale alors derrière lui. C’est pile le bon moment avant la partie du parcours qui est face au vent. Je sens son allure ralentir. Un second coureur nous rattrape. Je le laisse passer et je me mets dans ses pas. Dernière petite épingle, il reste 700 mètres, c’est le moment d’accélérer. Je pars sur une allure de 3min30/km pour accélérer progressivement. Un premier virage permet de me diriger vers le vélodrome puis un second virage m’envoie sur les derniers 100mètres où j’attends les 3min/km (20km/h). J’appuie sur le chrono: 38min54. 1 minute de plus que mon record sur la distance. Il a un goût un peu amer ce chrono. Mais finalement, vu les conditions et mon entrainement, je me dis que ce n’est pas si mal.

Finalement, une belle course

Je retrouve Victor qui a fait 15 secondes de mieux que moi. Lui aussi est déçu. Mais c’était dur. Au classement officiel, j’arrive en 51ème position sur 829 arrivants en 38min56sec. Le temps de prendre un quartier d’orange et de boire un peu, et je vois Arnaud sur le sprint final. Je l’encourage un max.

Mais aujourd’hui, c’est un jour particulier. Je décide de repartir assez vite de la course car j’ai hâte de rejoindre ma petite famille: c’est ma première fête des pères.

16 Commentaires

  1. Très bon temps Greg, tu le dis toi même, les conditions de courses n’étaient pas idéales et tu manques un petit peu d’entrainement.
    Et bonne fêtes des pères un petit peu en retard 🙂

  2. Au vu du contexte, c’est plus que correct ! C’est marrant j’ai fait ce chrono (2 ou 3 sec de moins) y a 2 ans pour mon premier moins de 39′ sur le vélodrome. Énorme souvenir.

  3. Hey! Mais le grand que tu as doublé, c’était moi ! 🙂
    J’avais cru pouvoir accéléré, et en fait…non, ça l’a pas fait.
    Pas facile du tout, moi aussi j’ai mis 1m30 de plus que d’habitude sur 10km.
    Bravo à toi !

    • Punaise, j’ai galéré à te doubler. Et ce vent de face… Après t’avoir doublé, je me suis dit que j’étais content pour une fois d’être petit; tu devais avoir beaucoup plus de prise de vent que moi.
      En tout cas, merci de m’avoir servi de paravent… 😀
      En tout cas, merci et bravo à toi aussi car elle n’était pas facile cette course…

      • Oui, je prends cher à chaque qu’il y a du vent. Content d’avoir pu faire le lièvre! Au final, j’arrive 30 secondes derrière.

  4. Comment j’ai fait pour ne pas te voir ??
    En tous les cas grand bravo pour cette belle course sous un soleil de plomb.

    • Bin ouais Hubert, t’étais où?
      Merci en tout cas!

      • J’étais aux feux juste après le km 3 et 7. Il y avait quelques policiers et un pote qui fait parti du club organisateur et qui était bénévole à cet endroit. J’e t’ai quand même raté 2 foi… peut-être parce que je n’avais pas mes lunettes. La vieillesse ?
        Bonne récup et rdv peut-être à France des Iles.

  5. Bravo Greg, quelle aventure cette course en effet tu nous as tout fait
    tu avais l’air trouble en effet quand je t’ai vu à la fin de la première boucle, j’attendais ma championne Laetitia qui allait faire podium, quelle superbe journée pour courir
    très sympa de te taper dans la main et te redonner du courage pour ta deuxième boucle, à bientôt mon pote et bonne fête des papounets

  6. Ah oué t’avais des gels !!! Facile alors!! ^^
    Cool en tout cas d’avoir pu faire la course avec toi, même si tu as laché au 5K

  7. Félicitations. Très fort comme chrono.

  8. J’étais plus facile à faire ma sortie longue en EF que vous tous à AS10 ce dimanche! Encore bravo Greg pour ces foulées corsées. Très belle perf’ dans ces conditions.

Laisser un commentaire