RÉCIT: L’Ekiden de Paris 2014


Ekiden de Paris : podium

Pour cette seconde édition de l’Ekiden de Paris, le capitaine Philippe avait composé une équipe du tonnerre, un relais à 6 très prometteur!

C’était une course qui n’était pas prévue dans mon planning. Mais quand Philippe me propose de rejoindre la team Runnosphère qu’il compose pour la seconde édition de l’Ekiden de Paris. Je n’hésite pas longtemps à accepter. Pourtant, un mois après les 100km de Millau, ce sera difficile de retrouver de la vitesse!

Philippe recompose avec l’équipe de la première édition. Nous avions fait l’année dernière une belle 3ème place sur un relais à 4, avec 2h41min13sec. Malheureusement, nous n’étions pas monté sur le podium, ce qui nous avait frustré.

Cette année, nous partons sur un relais à 6 (la « vraie » formule Ekiden). Nous savons que ce sera beaucoup plus dur que l’année dernière car il y aura deux fois plus d’équipes et surtout beaucoup de clubs avec leurs champions! Nous ne pouvons malheureusement pas compter sur Jean-Christophe, qui est blessé. Sur notre équipe 2013, il reste donc Salvio, Philippe et moi-même. Julien répond présent et souhaite profiter d’être sur le bitume pour essayer de battre son record sur 10km. Guillaume, après son record de 2h51 à Berlin signe aussi. Steven plutôt partant, doit décliner après son Marseille Cassis, pour cause de blessure également. C’est Florent, tout fraîchement remis de sa longue convalescence après une opération du rachis qui répond à l’appel.

Une fois l’équipe définie, nous définissons les relais:
– Salvio prend le départ pour les 5 premiers km
– Julien poursuit pour une tentative de record sur 10km
– Guillaume enchaîne sur le 5km
– Florent prends ensuite le relais pour les 10km suivants,
– Le capitaine Philippe poursuit sur 5km
– je termine avec 7,195km.

Lors de la Pasta Running Party #51 qui a lieu le jeudi précédent, nous nous amusons à pronostiquer nos temps de passage. Avec nos meilleurs chronos respectifs, nous pouvons atteindre un chrono de 2h33. Et nous immortalisons ce pronostic avec une photo prise par notre ami Giao. Malgré tout, nous savons que nous ne pourrons viser le podium du général. Néanmoins, nous sommes inscrits dans la catégorie médias et nous espérons donc un podium sur ce challenge.

Ekiden de Paris: Pronostic

 Jour de l’Ekiden

Dimanche matin, nous nous retrouvons à 8h devant l’hôtel de Ville. Il y a plein de coureurs et d’amis présents. Toute mon équipe est déjà là. Je reçois de notre capitaine mon dossard et ma puce. Après avoir identifier un peu le parcours, nous découvrons que le départ et les relais ne se passent pas de la même manière que l’année dernière. Il y a moins d’épingles à cheveux et de virages, ce qui rend l’arrivée plus rapide. De plus, un écran devant la zone de relais permet de prévenir l’arrivée d’une équipe, idéal pour ne pas manquer le passage de témoin.

Ekiden de Paris 2014: Salvio sur la ligne de départ

RELAIS 1:

Ekiden-de-paris-relais-1Dans le sas de départ, Salvio est placé en deuxième ligne, juste après les élites. Nous nous mettons 300m après la ligne de départ, pour voir Salvio passer. 09h05, le départ est donné. Salvio passe devant à vive allure et joue des coudes pour se frayer son chemin et éviter de tomber.

Nous nous plaçons un peu plus loin sur une passerelle piétonne au-dessus de la voie sur berge, un endroit parfait pour le voir passer sur le retour. A son passage, nous l’encourageons. Au début, nous ne sommes pas très bien organisés pour pouvoir encourager tout en facilitant l’accès aux relais. Julien part donc dans la zone. Moi, je ne sais plus pourquoi, je me retrouve tout seul. Je me mets derrière les barrières au niveau des relais, mais il y a beaucoup de monde. Je regarde ma montre; Salvio ne devrait plus tarder. Soudain, je vois Julien encore chaudement vêtu ressortir de la zone de relais. Je commence à me dire que nous allons louper le relais et que Salvio va attendre Julien. Mais 30 secondes avant l’arrivée, Julien se remet en place. Il a tout juste le temps de se positionner sur le tapis vert pour prendre le témoin et partir sur ses 10km. C’était moins une! Salvio boucle ses 5 premiers km en 18min10; nous sommes en 34ème position.

 

RELAIS 2:

Finalement, nous trouvons nos marques. Nous nous positionnons comme l’année dernière au niveau du pont d’Arcole. Nous pouvons encourager Julien sur le retour de sa deuxième boucle. Guillaume, qui s’était échauffé, part se positionner dans la zone de relais. Bastien, qui court avec sa société, vient nous faire un coucou. Armé de son appareil photos, il mitraille à tout va. Le vent souffle fort et j’ai très froid, bien que je sois couvert. Julien boucle son 10km en 40min01; nous sommes en 55ème position.

Ekiden de Paris 2014: relais 2

RELAIS 3:

Ekiden de Paris 2014: relais 3Guillaume part très vite. Florent s’échauffe et Philippe, très impatient d’en découdre sur sa partie de l’Ekiden, est déjà en tenue. Mais comme il  doit encore patienter une heure et que le vent froid souffle, il repart enfiler une veste. Nous sommes toujours sur le pont pour effectuer nos encouragements.

Salvio nous rejoint; il est déçu par son chrono, bien que nous lui expliquons que le parcours est compliqué avec deux épingles et un vent de face assez casse-pattes. Nous crions nos encouragements à Guillaume à son passage; il file toujours à toute vitesse. Florent s’échauffe sur le pont et il fait ses gammes. Bien échauffé, il part ensuite dans la zone de relais.

Guillaume aura couru ses 5 bornes en 17min47; notre équipe remonte à la 44ème place.

RELAIS 4:

Ekiden de Paris 2014: relais 4Florent aussi part sur les chapeaux de roue. Nous pouvons l’encourager à plusieurs reprises depuis le pont. Il file vraiment comme une fusée.

Philippe serait prêt à se rendre dans la zone de relais, mais nous lui rappelons qu’il peut attendre encore au moins une vingtaine de minutes avant de se rendre sur la zone de relais. Florent est en forme, même si il dira plus tard que c’est dur pour le lui de ne pas se savoir au niveau qu’il avait avant son opération.

Après 10km, il transmet néanmoins le témoin à Philippe, avec un chrono de 36min01; la Runnosphère est en 41ème position.

RELAIS 5:

Ekiden de Paris 2014: relais 5Philippe s’élance à son tour. Je prends juste le temps de le voir descendre la rampe telle une gazelle et je pars m’échauffer. Au second passage de Philippe, je donne mes affaires à Guillaume et je me rends dans la zone de relais. Je tombe sur Amadou, lui aussi dans le sas des relais. Sur l’écran, je scrute le nom de notre équipe. Le temps me semble long. Julien me fait signe, il est juste en face de moi, de l’autre côté.

D’un seul coup, le nom de mon équipe apparaît. Je me place tout de suite sur la zone de relais. Je vois mon partenaire au loin. La zone est assez étroite et j’essaie de trouver un positionnement qui ne gênera pas les coureurs qui entament leur seconde boucle de 10km, mais tout en évitant de percuter les personnes à l’arrêt sur ma zone de lancement. 4, 3, 2, 1… Le relais est donné dans ma main et je m’élance sur mon 7,195km, dernier relais pour notre équipe sur cet Ekiden. Philippe boucle son 5km en 18min21sec, notre équipe est à la 40ème place.

RELAIS 6:

Je me suis mis une grosse pression. Mon objectif n’est pas chronométrique mais d’être à la hauteur de mon équipe. Ne pas perdre de place, ne pas perdre de temps. Ma stratégie est simple: donner tout ce que je peux. Très vite, je m’enferme dans ma bulle. Ne sachant pas à quelle allure courir, je cours à la sensation. Je cours donc le plus vite possible tout en guettant l’essoufflement ou l’acide dans les jambes. Je double à tout va. Une des difficultés est de savoir qui est devant moi ou qui se trouve à ma poursuite. J’arrive au bout de la boucle. Enfin, celle de 5km. Pour ma part, je dois prolonger ma course pour réaliser les 2,195km qui s’additionneront à la boucle de 5km. Je prolonge donc ma course dans le tunnel qui se situe entre le Jardin de Tuileries et la Seine. Je vois alors les différents coureurs sur leur dernière boucle avant la ligne d’arrivée, mais je ne peux pas pas différencier les relais à 4 et des relais à 6. Ce n’est pas grave, je cours à fond.

L’avantage de passer dans un tunnel, c’est qu’on est protégé du vent. Par contre, ce que je trouve moins sympa, c’est de devoir remonter à la sortie du tunnel pour effectuer le demi-tour avec de redescendre. Ça pique les jambes, déjà. Mais je poursuis mon effort. Je ne connais pas mon allure. Je ne regarde même pas. Avec le tunnel, les données risque d’être faussées de toute façon. Je retrouve la boucle initiale et je me remets à doubler. On me donne un ruban bleu, sûrement pour attester que j’ai bien effectué la grande boucle. Toujours dans ma bulle, j’avance. J’approche du pont d’Arcole. Je lève les yeux et je vois alors Giao placé sur la route, armé de son appareil photo. Je lui fais un sourire. Enfin je crois. J’ai le goût du sang qui arrive tout doucement dans la bouche. Sur le pont, je ne vois pas mes coéquipiers. Sont-ils déjà placés sur la ligne d’arrivée?

Ekiden de Paris 2014: relais 6

Je continue. Finalement, toute ma Team est descendue sur le quai et ils m’encouragent tous. Ca fait plaisir!! Salvio me lance au passage que nous sommes premiers de la catégorie Média pour le moment. Grosse pression, il ne faut pas que je lâche. Julien cours quelques mètres à côté de moi avec l’objectif braqué sur moi. Leurs encouragements m’a fait un bien fou, même si j’ai l’impression de ne pas être sorti de ma bulle. Jean-Christophe alias « Le Coach », m’accompagne en vélo. Il m’encourage et me donne des conseils. « Tire sur les bras », « Redresse toi »… Mais me redresser me fait prendre plus de vent et me casse les pattes. Il m’abandonne juste avant le tunnel.

Je croise Bastien. Il court dans l’autre sens la seconde boucle  de son 10km. Il me tend la main, dans laquelle je tape, histoire de nous encourager mutuellement. Je n’ai pas le souffle de lâcher un mot. Je poursuis, tout en disant qu’il faut continuer de doubler celui qui est devant, puis le suivant, et encore le suivant. Je fais de plus petits pas pour la petite montée à la sortie du tunnel, je fais le demi-tour de fin de boucle puis je redescends en relâchant au maximum pour récupérer un peu.

Je sors du tunnel et je retrouve JC qui me prend en photo avant de repartir. Il sent que mon allure a chuté, et m’incite à poursuivre mon effort, pour l’équipe. Je quitte JC et les quais de Seine pour remonter vers la zone de relais. Je continue tout droit en évitant les relayeurs. Puis je file vers la droite vers la zone d’arrivée.

Bastien m’encourage une nouvelle fois, il a terminé sa boucle. Je jette un oeil derrière moi: personne. Devant non plus, il n’y a pas de coureur. J’essaie d’accélérer mais les jambes ne peuvent plus. Je tourne à droite en regardant une nouvelle fois derrière moi afin de m’assurer qu’un coureur ne va pas voler ma place à la dernière seconde. Non, personne. Je commence à longer le village de la course. Derrière les grilles, mes coéquipiers m’encouragent une dernière fois pour le sprint final. Deux virages à gauche et je foule le tapis qui conduis à l’arche d’arrivée. Les 5 relayeurs de la Runnosphère qui m’ont précédés sur notre Ekiden sont là, juste avant la ligne d’arrivée. Je lève les bras pour ce chrono que nous avons réalisé quand je franchis la ligne: 2h36min16sec. Nous sommes à la 41ème place sur les 525 équipes en relais de 6. Je réalise mon 7,195km en 25min59sec!!

Ekiden de Paris 2014: Arrivée

Runnosphère: 41e en 2h36min16sec

Je m’installe sur le sol car mes jambes ne me tiennent plus. J’ai tout donné! Puis je me relève pour aller chercher nos médailles et les remettre à chacun des membres de mon équipe. Nous sommes assez fiers de ce que nous venons de faire.

Nous attendons la remise des prix de cet Ekiden 2014 car nous pourrons monter sur la plus haute marche du podium de la catégorie médias.

Après plus de deux heures d’attente, nous montons les marches de l’estrade. Marie-José Pérec nous remet à chacun un trophée et une enveloppe qui nous permet de bénéficier d’une tenue Asics complète. Mais avant de redescendre, il manque quelque chose. Notre Capitaine Philippe insiste pour que nous aussi ayons droit aussi au canon à confettis!

Podium Ekiden de Paris

Après ce moment, nous nous saluons et repartons chacun de notre côté. Il est pratiquement 14h et nos ventres crient famine.

Pour ma part, j’enfile mon sac à dos et je rentre en courant pour Suresnes. Car j’avais sur mon programme une sortie longue aujourd’hui…

Remerciements

Un grand merci à:
– la FFA pour leur accueil et leur organisation,
– notre capitaine Philippe pour avoir mise en place et géré notre équipe
– notre coach JC pour son soutien pendant la course
– à Bastien, Jean-Christophe, Giao, Julien et Photorunning pour leurs superbes photos!

Leur récit

– Guillaume: http://londs-runner.com/2014/11/04/ekiden-de-paris-la-performance-indidivuelle-au-service-du-collectif/
– Philippe: http://jahom.wordpress.com/2014/11/05/la-runnosphere-au-top-a-lekiden-de-paris-2014/
– Globe-Runners: http://www.globe-runners.fr/lekiden-marathon-collectif/

13 Comments

  1. Pingback: Ekiden de Paris : la performance indidivuelle au service du collectif | Londs Runner

  2. Bravo la Runnosphère ! vous avez fait mieux que l’an dernier 🙂 Bonne continuation à tous !

  3. C’était exactement ça ! Je vais raconter quoi maintenant moi 😀 ?

  4. BRAVOOOOOOOOOOO !

    Belle représentation de la runnosphère, une équipe soudée !

  5. Pingback: La Runnosphère au top à l’Ekiden de Paris 2014 | Jahom, runner

  6. « Philippe boucle son 6km en 18min21sec, notre équipe est à la 41ème place. » Punaise il est devenu costaud le Philippe !! Auriez-vous fait 1km en plus ?! ;-))

  7. Fred, si tu te souviens bien, le jour où on a pris le départ de la « petite » corrida de Houilles ensemble, j’ai couru plus vite que dimanche sur une distance un peu plus longue. Je régresse 😉

  8. Pingback: Londs Runner | Ekiden de Paris : la performance indidivuelle au service du collectif

Laisser un commentaire