Semi de Boulogne-Billancourt: mon nouveau record!



semi-marathon de Boulogne-Billancourt

Dimanche avait lieu le semi de Boulogne-Billancourt. L’occasion pour moi de me rendre à mon 2ème semi de l’année.

Dimanche matin, les mollets et le dos ne sont pas au top, après l’exercice de déménagement de cave de la veille. Après un petit déjeuner assez rapide en famille et une douche pour réveiller les muscles, je file vers le tram en direction du village de départ du semi de Boulogne-Billancourt.

Sur place, je retrouve tout d’abord Sandrine qui servira de lièvre à Bernard. Elle me signale où sont mes compagnons de la « black list », alias Philippe et Salvio. Je les retrouve et nous discutons un peu en attendant Julien. Ma belle-sœur Chloé court son premier semi et j’essaie de la retrouver. Elle n’est pas encore sur le village et nous nous donnons rendez-vous à 9h30 près de la grille d’entrée.

Un mouvement de foule se crée. Après avoir croisé Giao et son chien, nous rejoignons Julien à l’extérieur puis nous nous dirigeons vers les consignes. Après avoir déposé mon sac, je me rends au point de rendez-vous. Mais ma belle-soeur n’arrivant pas, je rejoins les membres de la Runnosphère pour un échauffement collectif.

L’heure du départ approche. Nous nous séparons en nous souhaitant une bonne course. Je me retrouve avec Salvio dans le sas préférentiel, juste derrière les élites. Nous retrouvons un peu de gens que nous connaissons, dont Giao, et Julien Béghin. Harry Bignon au micro signale le départ prochain de la course. Les préf’ rejoignent les élites sur la ligne de départ. Puis le départ est donné.

C’est parti pour le 18ème semi de Boulogne-Billancourt!

J’ai le sentiment que la foule de coureurs devant part lentement. Et vu les slaloms de Salvio, il semble être du même avis. La file s’étire et j’arrive à me mettre dans les pas de Salvio. La montre bipe une première fois au bout de 3min37sec. C’est peut-être un peu rapide. Mon objectif est finalement de courir selon mes sensations, et pour le moment, je me glisse dans les pas de Salvio.

Les sensations sont bonnes et je décide d’aider Salvio en passant devant pour l’aider à atteindre son objectif de 1h20. Nous doublons Victor, que je n’avais pas vu depuis un bout de temps, et nous nous saluons. Un peu plus loin, c’est Thando Dube que nous retrouvons. Nous passons au KM5 après 18min15 de course, soit une allure moyenne de 3min39. C’est un peu trop rapide, même pour un objectif de 1h20. Je prends une bouteille d’eau au ravitaillement et je la remets à Salvio. Nous poursuivons le long de la Seine pour arriver à une épingle à cheveu qui marque le tiers du parcours. Je suis sur mon terrain d’entrainement et je sais que le parcours ne va pas tarder à arriver sur du faux-plat. Je lève un peu le pied. Ce demi-tour nous permet de voir les coureurs qui nous suivent et nous voyons Philippe nous saluer. Je suis surpris de le voir sans Julien…

Je cours à côté de Salvio qui me signale qu’il veut s’arrêter pour soulager sa vessie. Pourtant, dans la courte montée, il poursuit. Mais arrivés en haut de l’hippodrome de Longchamps, il s’écarte du parcours. Je me retrouve d’un seul coup tout seul, sans repères. Je suis dans ma bulle et je ne vois plus ce qui se passe autour de moi. J’essaie de récupérer dans la descente avant d’enchainer une nouvelle prochaine montée. Soudain, ma femme accroche mon regard et m’encourage à mon passage avec ma fille. Voir leur deux sourires fait un bien fou, ça faisait longtemps que je ne les avais pas vues sur une de mes courses. Moment agréable mais éphémère. Je me referme quelque temps dans ma bulle. J’entends un « Allez Greg » et en relevant la tête, je découvre Jean-Pierre en train de remonter en sens inverse la course en trottinant. Je prends un peu de gel Duo Tonic.

Virage à droite, ça remonte. Je n’aime pas cette montée. En haut, l’arche identifie le ravito mais surtout le 10km. A son passage, je ne suis pas loin de mon record sur la distance avec 38min06 au chrono.

La montée m’a cassé. Julien Béghin  me double et il m’encourage au passage. Je lui emboîte le pas. Maintenant que nous sommes sur le plat, je retrouve mes jambes. Je repasse devant Julien pour le tirer comme il l’a fait pour moi sur ce kilomètre précédent. Une nouvelle épingle sur la gauche et nous descendons. Au rond-point, qui nous offre un virage assez rude, de nombreux spectateurs encouragent et applaudissent. cela motive. Pourtant, je perds une nouvelle fois le rythme au 14ème kilomètre. Je prends à nouveau un peu de gel pour relancer la machine, mais le moteur a un peu de mal. Je pousse tout de même la mécanique, mais juste avant le 15ème KM, je cale. Julien Béghin me double de nouveau alors que je marche. 7 secondes d’arrêt, et je repars. J’ai du mal à relancer. Il faudrait un miracle. Je prends une bouteille d’eau au ravito pour essayer de me rafraîchir. Je suis sur un petit rythme. Salvio revient sur moi. Je me mets dans ses pas en tentant à nouveau de pousser.

Semi de Boulogne-Billancourt: KM19

Je reprends un peu de rythme. Je repasse devant lui et je continue. Nous enchaînons deux montées-descentes sur les quais de Seine. Je pensais que le parcours était plat?!! Cela suffit pour bien casser les jambes. Avec Salvio à mes côtés, j’ai pourtant l’entrain. Vers le KM16, les frères Marlaut nous encouragent sur le côté. Puis un peu plus loin, c’est le photographe Frédéric Poirier qui nous double en vélo avant de se positionner pour nous mitrailler.

Semi de Boulogne Billancourt: le finish

KM20: Salvio me dit qu’il faut y aller pour le finish. Mais je lui dis d’y aller, que je n’ai plus les jambes. Il part devant, mais petit à petit j’arrive à trouver les ressources pour accélérer progressivement et serrer les dents pour les derniers mètres. Je finis le dernier km à une allure de 3min39/km, immortaliser cette fois part Giao et à nouveau Frédéric. Et je franchis la ligne juste une seconde derrière Salvio, après 1h21min39sec de course, à la 193ème place. Je viens de battre mon record de 32 secondes!

Semi de Boulogne-Billancourt: arrivée

On se félicite tous les deux, même si Salvio est déçu de ne pas avoir su chercher les moins de 1h20.

Nous prenons une soupe pour nous réchauffer, et discutons un peu avec Julien Beghin qui a fait une belle course. Les frères Marlaut nous retrouvent et nous charrient comme j’aime. Nous prenons une photo avec Salvio puis nous nous dirigeons vers les consignes pour nous changer. Il se met à pleuvoir et j’ai froid. Aux consignes, nous retrouvons Philippe et Julien, qui bat son record de 6 minutes!! (J’attends toujours ses résultats anti-dopage).

Sandrine nous salue également; Bernard n’aura pas atteint son objectif mais sera tout de même à 14 secondes de son record personnel.

Je laisse toute la fin équipe pour essayer de retrouver ma belle-sœur, qui ne doit pas tarder. Je rencontre au passage Gregory Leveque avec qui j’échange quelques minutes. Puis je me positionne devant la ligne d’arrivée. Ne la voyant pas arriver, je remonte le parcours, tout d’abord en marchant puis en trottinant. Finalement, après plusieurs minutes, elle m’appellera pour me dire qu’elle vient d’arriver, après 2h20 de course. Nous nous sommes loupés…

Pour ma part, je continue le chemin pour rentrer en trottinant chez moi.

Ma course sur Movescount: http://www.movescount.com/fr/moves/move45524193

Leur récit

Jahom: http://jahom.wordpress.com/2014/11/18/semi-marathon-de-boulogne-billancourt-2014/
Bernard: http://legrosjoggeur.over-blog.com/2014/11/54-semi-de-boulogne-billancourt-2014-une-volonte-de-fer.html

12 Commentaires

  1. ca envoie du lourd !!! vraiment bravo à toi !! et vu ta gestion de course, ca veut dire que t’as encore un reservoir de temps !! c’et bon ca !! encore bravo !!

    • Ouais, on est d’accord, la gestion de course était merdique. Mais ça annonce, comme tu le dis, la possibilité de gratter un paquet de secondes en gérant mieux la course et avec une préparation spécifique…

  2. Un record avec un départ aussi rapide, faut le faire! Mes félicitations

  3. Bon alors déjà que je trouvais le temps énorme par rapport a la préparation dans laquelle tu es engage mais en plus en passant en 38′ au 10km?
    Je crois que je vais préparer un trail long avant de faire mes prochaines courses sur route moi! 😀
    Bravo pour ce record!!

  4. Daddy The Beat

    Bordel qu’est-ce que t’es fort ! Tu penses que tes 7 secondes d’arrêt t’ont aidé pour pouvoir retrouver de l’énergie pour la suite ou c’était avant tout une nécessité parce que t’étais carbo, parti trop vite ?

  5. Bravo à tous les deux : en cette fin d’année, vous avez encore bien la caisse. Chapeau !

  6. Ils en parlent aussi: Wave Rider 18 de Mizuno: le test | Greg Runner

  7. Ils en parlent aussi: Semi de Paris: c'était dur! | Greg Runner

Laisser un commentaire