Semi de Paris: c’était dur!


Semi de Paris: à l'arrivée

Pour ma 6ème participation au semi de Paris, je savais que ça allait être dur. Finalement, c’était pire…

Avec un deuxième enfant qui avait pointé le bout de son nez un peu plus d’un mois avant le semi, c’était dur d’envisager un chrono. Et si je commençais à retrouver des sensations de vitesse lors des mes entraînements organisés de manière chaotique, je savais que ce serait difficile de re-signer un 1h21 et des poussières, comme c’était le cas 5 mois plus tôt à Boulogne-Billancourt.Bref, pour un 6ème semi de Paris, ce n’est pas gagné!

Mon 6ème semi de Paris

Dimanche, quand je retrouve Philippe dans le sas préférentiel, nous nous mettons d’accord sur un objectif de 1h26. Nous discutons un peu dans un sas complètement bondé. Mais à 10 heures pétantes, nous avons la chance de franchir la ligne de départ!

Yapluka! #semideparis

Une photo publiée par Greg Runner (@greg_runner) le

Bien que Philippe me confirme qu’il n’est pas en forme et qu’il a les jambes lourdes, je le suis à une allure bien plus rapide que les 4min04/km prévues. Je le suis ainsi sur 6  kilomètres avant de me rendre compte que le suivre m’a cramé sur cette première partie de course. Malgré les encouragement de JC, je lève le pied pour reprendre mon souffle mais les jambes ont déjà pris un coup. Je ne suis qu’au tiers du parcours. Ca va être dur de tenir. Je me fixe comme objectif de finir en moins de 1h30, histoire de ne pas gâcher le dossard.

Salvio, qui n’a pas pris le départ du semi de Paris cette année, m’encourage. Nous avions l’habitude de prendre le départ à trois, Salvio, Philippe et moi, et nous nous mettions chacun la pression pour battre nos précédents records. Mais cette année, Salvio est sur le côté, et je lui fais comprendre que je ne suis pas en grande forme.

Au 7ème kilomètre, ma famille m’acclame et j’en profite pour embrasser ma fille. J’avoue qu’à l’approche de la Mairie de Paris, j’ai pensé à m’arrêter pour prendre le métro et rentrer. Mais je déconnecte le mode « Perf » du cerveau. Il fait beau, les rues de Paris sont à nous, profitons-en pour faire un footing.

J’en chie malgré tout. Des coureurs m’encouragent au passage et se rendent compte que je ne suis pas dans ma forme optimale. Pierre Finot, qui me double, n’est pas en grande forme non plus, et me propose de courir ensemble. Malgré tout, il court trop vite pour moi et mes jambes. Je le laisse filer. Je retrouve une nouvelle fois Salvio suspendu à une barrière pour me faire signe et m’encourager. On dirait presque qu’il voudrait prendre ma place. Je lui fais signe et je poursuis.

Je fais un premier arrêt au 14ème km puis un second au 17ème, pour marcher un peu. Ce second arrêt sera d’ailleurs bénéfique puis que je retrouverai progressivement mes jambes. Dommage, on arrive à la fin du parcours…

Je profite du soleil et de ces sensations retrouvées. J’en profite même pour faire le malin devant les photographes. Puis j’accélère progressivement jusqu’à la ligne d’arrivée, que je franchis après 1h28min24sec.

Un semi difficile, mais 1h28 quand même!

Semi de Paris: intervalles

Le temps de remonter le sas d’arrivée, je retrouve des amis des réseaux sociaux avec qui j’échange volontiers. C’est bien plaisant de discuter sur une ligne d’arrivée et sous le soleil de notre passion. Et découvrir mes lecteurs IRL, ca fait toujours plaisir!

Je retrouve plus loin Philippe et Pierre et nous immortalisons d’un grand sourire le record inattendu de Philippe.

Même si ce semi de Paris 2015 a été un calvaire, j’en garde un beau souvenir. Car c’était une belle journée pour courir…

 

 

13 Comments

  1. Ben merde alors, désolé, je m’étais pas du tout rendu compte que tu étais à court d’entrainement pour cette course. Je t’ai trouvé tellement bien sur les sorties écotrail que je pensais qu’on avait sensiblement le même niveau de forme. Mais c’est vrai que ce sont 2 types d’effort bien différent. J’espère que tu as bien récupéré

  2. Running-Addict

    J’ai l’impression que la forme olympique du jour de notre ami Philippe t’a cassé! Le kilomètre en 3’41 me semble astronomique sur un semi!

  3. Un bon chrono pour un footing ! Je vais te souhaiter un bon Eco Trail. En passant, vous êtes chanceux de commencer votre saison de compétitions au mois de mars. À Québec, c’est deux mois plus tard au mois de mai.

    • Merci François! LEt je te rassure, les 10km ont commencé de puis fin janvier!!
      Bon, tu as encore le temps de te préparer pour mai alors!! 😉

  4. Pingback: Londs Runner | Semi de Paris : un record espéré !

  5. Salut Greg, je fais partie de tes lecteurs qui t’ont encouragé au passage, dans mon cas juste avant le 2ème passage à Bastille. Je t’ai dépassé, pour au final exploser dans la montée de la rue de Charenton! On se vengera l’an prochain, ça te va :-)? Bonne récup!

    • Merci, tu as participé pour que cette course reste un bon souvenir. C’est toujours agréable de se faire encourager, même quand on pas dans le tempo.
      La rue de Charenton était bien traître, pas évidente à passer. On se rattrapera l’an prochain, promis!!

  6. Je reste admiratif devant des chronos comme le tiens, respect.

Laisser un commentaire