20km de Paris: une promenade dans l’ouest parisien



20km de Paris

C’était ma première participation au 20km de Paris. Malgré le manque d’entrainement, c’est avec le sourire aux lèvres que je me rends sur la ligne de départ.

Dimanche matin, je prenais le départ du 20km de Paris pour la première fois, sous les couleurs de Tomtom. Après un bon petit-déjeuner, j’enfourche mon vélo et je remonte une partie du trajet du 20km, depuis Suresnes jusqu’au pied de la Tour Eiffel. Il es difficile de traverser devant la Dame de Fer mais j’arrive à me rendre dans le village des partenaires. Au Stand Tomtom, je retrouve du beau monde, dont plusieurs membres de la Runnosphère. Après l’échauffement et une photo de groupe, nous nous rendons dans nos sas. Grâce à un chrono enregistré l’année dernière sur le semi de Boulogne Billancourt, j’entre dans le sas préférentiel 1. Avec Salvio, Philippe et Julien, nous sommes vraiment proches de la ligne de départ. L’objectif est simple vu notre état de forme: tenter le faire moins de 1h25min.

20km de Paris: le départ

10h: top départ du 20km de Paris!

Après une animation micro à casser les oreilles, nous pouvons nous élancer sur les premiers mettre du 20km de Paris, sur le côté du Trocadéro, sur une route en pente. Nous allons à une allure assez tranquille mais nous perdons aussitôt Julien. Puis le parcours est en légère descente jusqu’à l’avenue Foch. Je laisse mes foulées dérouler. Nous entrons dans le Bois de Boulogne et nous remontons le grand boulevard en direction de Suresnes. Notre groupe de trois a une bonne allure. Petite descente qui amène au 6eme kilomètre, un coureur me double et me tape dans le pied en se remettant devant moi trop tôt. Il tombe et il m’entraîne dans sa chute. Je me relève et je l’invective tout en l’aidant à se relever. Je suis énervé et l’énergie d’énervement me sert à remonter au niveau de Salvio et de Philippe. Autant vous dire que je me grille et que je dois ensuite les laisser filer. Demi-tour au pied du pont de Suresnes, je ne vois pas ma petite famille qui n’a pas eu le temps de se mettre en poste.

Nous retournons dans le bois de Boulogne où une pente permet de casser les rythmes trop soutenus. Je passe tant bien que mal une des grosse difficultés de ce 20km de Paris. Mais je connais cet endroit, c’est un de mes coins d ‘entraînement. Du coup, ça aide mentalement. En sortant du bois, nous longeons l’hippodrome d’Auteuil. Juste après, on peut dérouler tranquillement grâce au faux plat descendant jusqu’aux quais de Seine.

Mais une fois sur les quais, le vent de face casse l’allure, et donne un petit coup au moral. Je m’intègre dans un groupe pour me protéger du vent. On court ainsi pendant 1km puis. Puis d’un coup, le groupe se disloque. Le vent casse une nouvelle fous le rythme. Je commence à avoir du mal à tenir le rythme. Mon manque d’entraînement se fait sentir. C’est pas grave, on est au 15ème kilomètre, j’ai fait les 3/4 du parcours. Il ne reste plus que 5 petit ridicules kilomètres.

Soudain, petite tape sur les fesses. C’est le Julien – le Mangeur de Cailloux qui dévore pour le petit déjeuner les 20km de bitume parisien. Il me dit de le suivre. Je tiens 100 mètres, mais j’ai plus l’énergie. Je cours à mon rythme. Après tout, le but c’est de se fait plaisir.

Et le plaisir est bien là quand les quais amènent vers la Tour Eiffel, et que celle-ci nous regarde de tout son haut. Tu es belle, je viens à tes pieds.

Dans le petit faux plat qui permet de remonter depuis les quais sur la dernière ligne droite, Baptiste m’encourage et Giao, accroupi juste devant lui, me mitraille avec son appareil photo. J’essaie de faire bonne figure. De toute façon, il est temps d’accélérer, c’est fini de glander comme un escargot sur ces 20km de Paris. Il ne reste que 800m, c’est le moment de tout donner.

1h23: c’était dur!

Je franchis la ligne en 1h23min22sec. C’est mon plus mauvais temps sur route depuis des années. Et le classement s’en fait ressentir: 754eme sur 25218participants. Va falloir reprendre l’entrainement sérieusement! 😀

Julien m’accueille les bras ouverts. Il arrive une minute avant moi. C’était dur. C’est d’ailleurs ce que je dis à la caméra de Tomtom! Le vent est froid. Nous nous dépêchons pour nous rendre au village des partenaires. Nous nous changeons sous la tente et attendons les amis. Nous sommes tous contents de nous retrouver, une grande convivialité règne sous la tente Tomtom. En plus, le ciel est bleu!

Bref, c’était une belle journée pour courir. Promis, je reviendrai sur ces 20km de Paris. Mais cette fois, faudra gagner plusieurs minutes. Et tenter mois de 1h15?…

Quoi, vous voulez voir ma superbe intervention dans la vidéo de Tomtom? Bon ok, mais c’est vous qui l’aurez voulu…

 

Les 20km de Paris avec TomTomRetrouvez l’ambiance des 20km de Paris avec TomTom !

Posté par TomTom sur mercredi 14 octobre 2015

 

Le récit des amis:

Les retrouvailles de Philippe: https://jahom.wordpress.com/2015/10/12/20-kilometres-de-paris-2015-les-retrouvailles/
Pas de cinéma pour Sebrom: http://running.sebrom.org/2015/10/20km-de-paris-2015-pas-de-cinema.html
Les bonnes surprise de PinkRunner: http://thepinkrunner.fr/?p=10313

Et toutes les photos pris par Giao, disponibles gratutiement ici: https://www.facebook.com/giaorunning?pnref=story

4 Commentaires

  1. Quand même très bien pour quelqu’un qui n’avait pas d’entraînement ….

  2. Bravo, tu as réussi ton objectif c’est le principal 😉 et l’an prochain tu feras mieux c’est certain :)) Bonne continuation Greg !

  3. Bravo tu a été au bout et sans vraiment beaucoup d’entrainement, moi je dis BRAVO.

Laisser un commentaire