Semaine sportive: une echappée belle dans les Alpes



IMG_1572

La semaine dernière, le week-end fut sportif et montagnard, avec un voyage dans les Aravis puis dans Belledonne, une coupure le temps de se faire une partie de l’ Echappée Belle.

Dans les Aravis avec Mizuno

Mizuno vient de s’associer avec Michelin. Ça donne deux paires de pompes de Trail avec des semelles qui accrochent comme il faut: la Daichi et la Wave Mujin 3. Pour découvrir ces produits et les tester, c’est dans les Aravis que Mizuno conviait journalistes et blogueurs.

Hébergés dans un Chalet Rhodos 25 étoiles, à défaut de les voir dans le ciel, les étoiles (vous suivez), l’ambiance est détendue et conviviale.

Nous profitons d’une matinée sans pluie (ca mérite d’être souligné) pour tester les chaussures. Perso, je suis fan de la Daichi, convaincu par son accroche malgré un terrain gras, détrempé, voire encore enneigé. Ça ne me permettra pas pour autant de rivaliser avec le troupeau de chamoix qui nous nargue un peu plus haut, ni avec le troupeau d’athlètes Mizuno, notamment Marion Delage, Benoit Cori et Benoit Holzerny, présents pour ce break montagnard en pleine semaine.

Je teste également l’autre paire, mais celle-ci semble plus adéquate pour les coureurs un peu plus lourds que moi. Dois-je vous rappeler que je suis actuellement super affûté, car en plaine prépa UTMB (Tais-toi, tu nous saoules avec ton UTMB! – Moi schizophrène? Noooon!).De toute façon, je reviendrai plus en détail sur ces groles quand je les aurai un peu plus malmenées.

Dans Belledonne avec Dynafit et l’Echappée Belle

Jeudi, juste le temps de vider un sac et d’en remplir un autre que me voilà reparti (Bonjour-au revoir les enfants! – C’est qui ce monsieur?). Direction Grenoble cette fois, avec Vincent Gaudin, pour découvrir les nouveautés de Dynafit. Elle vous dit quelque chose cette marque? Sûrement l’avez-vous rencontrée lors de vos périples hivernaux, plus présente sur l’outdoor d’hiver. Mais ce serait con de se limiter à cette saison. La volonté de Dynafit est justement d’accompagner ses clients tout au long de l’année. Du coup, on a vraiment une gamme profonde en Trail, avec:
– du textile technique homme et femme, et cette particularité de toujours soigner le détail qui fait la différence;
– des chaussures de Trail H/F du KV à la l’Ultra,
– mais aussi (surprize!) du textile lifestyle. Alors, c’est du textile de la vie quotidienne car il permet de pouvoir se déplacer en vélo, rollers, ski… car c’est du textile technique anti-odeur, tout en le conservant pour le boulot. Enfin, surtout si vous bossez dans un agence de comm’ branchouille ou une start-up trop hype (quoi, on dit plus ce mot?!!), car le costard Dynafit adapté pour les cabinets d’avocats n’existe pas (pas encore?).

On arrive à la fin de journée de vendredi, il est peut-être temps de bouger nos miches. Nous sommes déplacés au pied du massif de Belledonne, où nous attend Florent, l’organisateur de l’Echappée Belle (la course, pas l’émission TV) dont est sponsor Dynafit. On se prend 1000m de D+ dans la tronche pour arriver à notre camp de base pour le week-end: le refuge des 7 Laux

L’accueil est top, ça permet de rencontrer Sylvie, qui s’occupe de la comm’ de la course, son père qui a tout fait, du Raid Gauloise au Tor des Géants, en oubliant toutes les courses dans le désert. Bref, ambiance très sympa qui se clôture par une verre de Génépi.

Le lendemain, nous attendons un petit groupe de traileurs qui se font la reco d’une partie de l’Echappée Belle. Ils doivent nous retrouver vers 10h30. C’est donc un peu gelés que nous les accueillons à midi. Juste le temps pour eux de boire une boisson chaude et un peu de solides et nous nous mettons en route. Le début est un peu lent, avec des arrêts fréquents, peu être à cause du froid et du vent. Mais la descente sous le soleil permet de nous mettre enfin en jambes. Fallait pas grand chose pour les lancer finalement car une bonne partie du groupe va bourriner dans la montée suivante. Moi, je discute un peu avec Nathalie tout en montant en EF (rythme cardio Endurance Fondamentale). Faut se couvrir une nouvelle fois arrivés en haut, avec la pluie qui fait son apparition.

Je me relance dans une descente courte mais toujours aussi technique et rapide. Sauf que cette fois, la pluie rend la roche plus glissante. Mais les Féline Ultra de Dynafit qu’on ma filer pour test adhèrent et accrochent plutôt bien. Je suis donc en confiance.

Puis le parcours reste relativement plat jusqu’à Prapoutel, le départ de la boucle pour les gars qui ont commencé la reco le matin-même. On finit donc ensemble leur boucle sous la flotte, avec des sentiers gorgés d’eau, enfin, des mares en plein milieu des chemins, et de la boue en veux-tu, en voilà!
A Prapoutel, nous laissons la petite troupe sur place. Nous profitons du lieu pour prendre un chocolat chaud avant de repartir, Vincent et moi, sous une pluie atténuée. On ne dira pas que Florent nous a lâchement abandonné au profit d’un siège de voiture sec et chaud.

Il est 17h et nous avons encore pas mal de bornes à faire, malgré tout. Nous essayons de suivrez la GR mais nous arrivons à nous éloigner du trajet en cours de route. Un petit coup d’œil sur l’application de Vincent et nous décidons de couper via une piste de ski pour retrouver le chemin. Décidément, on travaille bien les cuissots. On profite que la grêle nous tombe sur la tronche pour nous couvrir un peu plus.

Par moment, nous avons de la flotte jusqu’aux chevilles, à d’autres moments, c’est de la boue. Autant vous dire qu’on ne saute plus de caillou en caillou pour traverser les cours d’eau. A ce stade là, on fonce direct dedans. Enfin nous arrivons devant la dernière ascension. On prend notre dernière barre énergétique pour reprendre de… l’énergie. Mine de rien, on commence à être cuits.

On traverse une dizaine de névés pour arriver finalement à une altitude où la neige tombe. Le RR (GR transformé en Ruisseau de Randonnée) est couvert d’une grosse pellicule d’un mélange de neige et de glace. Ça refroidit.

Finalement on arrive au refuge à 21h. Le gardien nous prépare une bonne ripaille, le temps que nous enlevons nos affaires détrempées, remplacées rapidement par toutes les couches sèches que nous avons. On peut alors raconter notre aventure au coin du radiateur en sirotant une bière bien méritée.

Après avoir dormi sous 4 couvertures, nous décidons de redescendre, car il fait froid et la vue est bouchée. Aucun intérêt.Bref, ce fut une bonne occasion de faire un off de prépa, dans des conditions idéales. L’Echappée Belle? Quand je vois une partie du parcours que nous avons empruntée. C’est beau, mais vous allez en chier les gars (et la nanas)!! Pour la paire de Dynafit, je vous en parlerai un peu plus tard, quand elles auront un peu plus de bornes.

Sinon, Vincent a fait une vidéo de notre petite escapade. Bien sûr, il n’a rien filmé de la partie apocalyptique du séjour mais ca permet de voir les paysages que nous avons traversés. Oui, oui, ca a été tourné en juin…

6 Commentaires

  1. De bien belle sorties, limites hivernales, bien plus rafraichissantes que les sorties des tour de la défense 😉
    Bonne continuation dans ta préparation, on est derrière toi.
    Tout ça me donne envie d’aller courir un peu dans les montagnes, je file me chercher une course 🙂
    A++
    Bru

  2. Mère … vous devez avoir de belles vues … J’ai envie! F

  3. Par ailleurs, de 1 à 10. Comment avez-vous vu compliqué?

Laisser un commentaire