Test du tracker d’activité de Tomtom: Touch

pub

tomtom touch

Un français sur deux est en surpoids ou obèse. Ces chiffres inquiètent. Pour lutter contre l’obésité, l’OMS rappelle que pratiquer une activité physique journalière est nécessaire, et recommande un minimum de 150 min d’activité d’endurance modérée ou au moins 75 min d’activité d’endurance d’intensité soutenue par semaine (lire la recommandation de l’OMS). L’OMS rappelle aussi que les 10 000 pas journaliers ne sont donc pas l’objectif absolu. Mais j’ajouterai que 10 000 pas, c’est toujours mieux que rien.

Les trackers d’activité ont toujours surfé sur les 10 000 pas journaliers. Mais aujourd’hui, ils évoluent et apportent plus de services. C’est ce que propose le bracelet connecté Tomtom Touch, que j’ai pu tester ce dernier mois.

Tomtom Touch, un tracker multifonctions

Le Tomtom Touch s’appuie sur la technologie qu’elle a intégrée à ses montres running depuis longtemps: le capteur cardio au poignet.

Ainsi, si le tracker permet toujours de compter le nombre de pas, avec un objectif par défaut porté à 10 000 pas par jour, il va bien plus loin. Il permet par un glissement de doigt sur l’écran tactile de votre bracelet, de connaître la durée de vos activités, le nombre de calories brûlées, le nombre de pas effectués ou encore de connaître la distance parcourue. Il va aussi vous permettre de connaître votre fréquence cardiaque. Bien inutile en donnée brute, quoique cela va vous permettre d’identifier votre fréquence cardiaque de repos et suivre son évolution.

Un tracker d’activités… sportives

Le Tomtom Touch vous permet donc de tracker votre activité physique au cours de la la journée mais il permet aussi d’enregistrer vos activités sportives.

Il vous suffit de faire défiler sur l’écran pour vous positionner sur la partie sportive, puis de lancer l’activité en appuyant sur l’unique bouton du bracelet.
Une fois votre activité terminée, vous appuyez une nouvelle fois sur le bouton unique puis vous pouvez retrouver toutes vos données liée à votre séance sportive sur l’application Tomtom MySports: temps d’activité, FC moyenne et zones de fréquence cardiaque, et kcal dépensées.

Un œil sur votre gras

Le plus du Tomtom Touch est sans doute son analyseur de composition corporelle. En vous positionnant sur l’écran, il vous suffit de maintenir le doigt sur le bouton du bracelet pour lancer l’analyse. Lorsque le test est terminé, vous avez votre pourcentage de masse grasse et votre pourcentage de masse musculaire.

Il est à regretter qu’il faut se connecter à l’appli pour bénéficier de ces informations, qui ne sont pas directement disponibles sur le bracelet. Ensuite, même si ces données ne sont pas aberrantes, elles restent à prendre avec des pincettes, dans la limite où ces données peuvent changer en fonction de l’hydratation de l’individu par exemple. Et ces données vont permettre ainsi de suivre une évolution de son corps sur le long terme.

Les petits services en plus

Le Tomtom Touch vous donne l’heure (faut le préciser), accompagnée d’un cadran qui vous permet de connaître le pourcentage de pas effectués dans la journée par rapport à l’objectif visé. Autre service utile: lorsque vous recevez un SMS ou un appel sur votre smartphone, votre bracelet vibre et vous l’indique.

Enfin, il permet de surveiller la qualité du sommeil, chose que je n’ai pas testée. J’ai tenté à deux reprises le test mais soit j’ai perdu le bracelet pendant la nuit, soit le bracelet me gênait pendant mon sommeil.

Tomtom Touch: mesure du sommeil

Mon avis

Globalement, je trouve que le bracelet est très bien réalisé et assez abouti. Les données sont complètes et pas trop aberrantes pour ce genre de produit. Par contre, je trouve juste dommage que les données de composition corporelle ne soient pas accessibles sur le tracker.

Acheter le Tomtom Touch

Vous pouvez acheter le Tomtom Touch chez mon partenaire I-Run: 149€.

2 Commentaires

  1. hello,

    tu fais bien d’être prudent quant à l’analyse de composition corporelle. A la maison j’ai un impédancemètre 4 points ce qui est déjà bcp mieux qu’une balance impédancemètre où il n’y a que deux points dans la majorité des cas, et là j’observe de belles variations de composition si j’ai perdu un peu de flotte suite à un effort par exemple. Je gagne plus ou moins 1 kg de gras selon que je suis à 68-69% d’hydratation versus 65-66%. Hum. Alors avec une analyse sur un si petit segment que le poignet il doit y avoir beaucoup d’estimations et d’extrapolations à partir de table de références.

    Enfin, je pense qu’il y a encore un peu moins d’une personne sur deux qui a un IMC > 25 en France.

    Bye

Laisser un commentaire