Marathon de Prague: découverte en mode running

pub

Il y a quelques semaine, je me suis rendu en République Tchèque pour courir le marathon de Prague. Il était plus que temps que je vous parle de mon séjour de 4 jours et de mon chrono de 3h30…

Dans Prague, on admire tout de suite les tramways qui circulent et traversent la ville. Tantôt modernes, tantôt anciens, ils participent au charme de la ville.

Découvrir Prague et son marathon en famille

Je profite de l’après-midi pour marcher dans les rues de la vieille ville. En effet, c’est sur la place de la vieille ville que sera donné le départ du marathon de Prague dimanche matin, et sur laquelle les marathoniens et marathoniennes du jour réaliseront les dernières foulées du parcours.

In da place! #marathonprague #prague #marathon #running #instarunning #IlovePrague #j-2

Une publication partagée par Greg Runner (@greg_runner) le

Le lendemain, je me rends au hall Výstaviště Praha pour retirer mon dossard. Sur place, en début d’après-midi est donné le départ du canicross, une course de 4,5km pour les chiens et leurs maîtres.

Course Canicross Prague

Un peu plus tard, c’est le mini-marathon qui est lancé. Ce n’est pas une course officiellement chronométrée, mais vous pouvez vous élancer en marchant ou en courant avec toute la famille, petits et grands. Je trouve le concept assez sympa et convivial. On est loin du mini-marathon pour enfants où les adultes crient sur les gamins pour qu’il courent et ne terminent pas à la fin de classement. Ce minimarathon, c’est une manière assez sympa justement d’introduire le sport auprès des enfants qui auront tout de même un t-shirt et un dossard, sans la pression chronométrique des adultes.

Dans le hall, pendant l’heure du déjeuner, les coureurs engloutissent leur plat de pâtes, mais si vous n’avez pas acheté votre ticket Pasta Party lors de votre inscription au marathon de Prague.

Une fois dans le hall, vous vous dirigez à droite pour découvrir le salon de la course avec tous ses exposants et pour retirer votre dossard.

L’esprit de famille st vraiment développé sur cette course. Si vous vous dirigez à gauche par contre, des activités sont proposées aux enfants. Trottinettes, hockey sur gazon, footbulles, et même une séance de fitness sur trampoline pour les adultes. A l’extérieur, d’autres activités sont proposées, et votre famille ne risque pas de s’ennuyer.

Préparation pour le Marathon de Prague

Pour ma part, je retourne à l’hôtel. J’ai suffisamment marché pour cette veille de marathon. Je prépare mes affaires pour la course tout en optimisant mon hydratation. Je passe mon temps aux toilettes du coup…

 

Demain, ce sera mon 5eme marathon. #praguemarathon #prague #marathon #running #whyirun #whyirunprague #instarunning #atleticrun

Une publication partagée par Greg Runner (@greg_runner) le

Concernant la tenue, je pars sur une tenue complète très légère de Gore Running, avec short et un t-shirt à zip, que je viens de recevoir. Son textile est léger et respirant, et les coutures sont optimisées pour éviter les frottements, une tenue idéale pour courir les 42,195km de demain.

J’utiliserai la Polar V800 avec sa ceinture cardio. Je me coifferai d’une casquette pour protéger ma calvitie des rayons du soleil, des manchons Compressport pour les mollets et des chaussettes Thyo pour protéger mes petits pieds.

Côté chaussures, je reste sur le modèle que j’avais retenu pour le marathon de Paris que je n’ai pas pu courir : les Skechers Gorun 3.

J’ai pris une ceinture avec 2 bidons de 200ml. Elle permet aussi de ranger mon Smartphone. Les 2 gels Mulebar que j’ai pris (une moitié tous les 10km) sont directement rangés dans une des poches spécifiques du short, sur le côté.

Marathon de Prague : jour J

Je me réveille 2h20 avant la course. J’ai assez mal dormi mais je ne suis pas épuisé pour autant. Mon petit déjeuner comprend quelques fruits, un peu de pain avec du miel, et un jus de pomme.

Invité par l’organisation, j’ai la chance de pouvoir partir avec le bus Elites et journalistes, qui nous dépose à moins de 500 mètres du départ.

Je quitte le groupe des journalistes pour me rendre dans la zone d’accueil des coureurs. On y retrouve de très nombreux WC, un vestiaire pour les femmes et un second pour les hommes pour pouvoir se changer, clos et couverts. Quel confort!

Je dépose ensuite mon sac avant de me rendre vers mon sas de départ. Mon objectif est 3h30, je suis donc dans le sas J. Je ne vois pas la ligne de départ. Les sas sont dans une rue étroite de la vieille ville jusqu’à la place… où se trouve la ligne de départ.

J’entends le speaker. 3 minutes avant le départ. Ma V800 a trouvé le GPS, mon cœur bat normalement. Je suis prêt!

J’ai tout de même quelques appréhensions. En termes de santé, je suis un véritable chat noir. J’ai enchaîné les crèves. Aussi, je ne me suis que très peu entraîné et ma reprise d’entraînement date d’un peu moins d’un mois. Les muscles vont-ils tenir les 42 bornes?

Mais il est trop tard pour se poser trop de questions.

9h : départ du marathon

J’entends un coup de feu résonner au loin. Le départ est donné et les élites viennent de s’élancer. La foule progresse et se met à courir avant même d’avoir franchi la ligne de départ. Ce sera donc un départ lancé. C’est parti. Moins de 5 minutes après le départ officiel, je m’élance sur le marathon de la capitale tchèque.

La foule est dense de chaque côté du départ. Les familles sont nombreuses. Les papas, les mamans, les enfants, les amis… nombreux sont ceux qui sont venus encourager leur héros du jour. Nous sortons de la vieille ville pour traverser le fleuve Vltava. Les familles et amis n’ont pas fait le déplacement pour rien, même si généralement, les encouragements personnalisés durent moins d’une quinzaine de secondes.

On réalise d’abord une première boucle de 4km au Nord-Ouest de Prague. Ces premiers kilomètres sont festifs. Les coureurs parlent, rient. Puis progressivement, ils vont s’enfermer dans leur bulle pour se concentrer sur l’allure du jour à tenir. On franchit le Pont Charles avant de retraverser de nouveau le fleuve un peu plus haut. On emprunte ainsi quelques pavés, mais qui ne sont pas si gênant pour évoluer, contrairement à ce qu’on pourrait penser.

ligne d'arrivée du marathon de Prague

La seconde boucle fait 8km, empruntant d’abord la rive gauche puis ensuite la rive droite du Vltava. Au bout de 12 kilomètres, on revient sur nos pas pour franchir de nouveau la ligne de départ (qui servira aussi de ligne d’arrivée). On traverse ainsi la vieille ville, haut lieu touristique. Nous passons à proximité de l’horloge astronomique de Prague, avant de passer devant la Galerie d’Art de la villle ou encore le Wax Museum Praha. Un peu plus loin, nous passons sous la magnifique Tour Poudrière de Prague de redescendre vers le sud ouest de la ville. On passe devant le Lego Museum avant de rejoindre les rives du Vltava, au niveau du beau Théâtre National. Nous marquons ainsi les 15 premiers kilomètres, qui se font rapidement grâce à la beauté du cadre et aux encouragement nombreux.

A partir du 16ème kilomètre, nous commençons à croiser les coureurs qui nous précèdent, empruntant notre chemin dans l’autre sens. Ce sont d’abord les premiers hommes, puis les premières femmes. Puis progressivement, la foule des coureurs croisée se densifie.

La chaleur se fait de plus en plus ressentir à l’approche du mi-parcours et pour moi un peu plus de 1h4è de course. Heureusement, les ravitaillements rapprochés, environ tous les 2,5km pour l’eau, permettent de s’hydrater régulièrement. Les éponges fournies permettent également de se rafraichir la tête, la nuque et d’enlever le sel de la sueur qui s’accumule sur les bras et le visage. Grâce à ce ravitaillement régulier, je me suis délesté rapidement en vidant mes deux gourdes de 300ml que j’avais à la ceinture. Cela ajoute du confort à la course.

Semi-marathon en 1h47

Au KM23 et des poussières, l’épingle marque le retour depuis la partie du parcours le plus au sud. Cette fois, je croise les coureurs qui sont derrière moi.

Au 26eme kilomètre, on emprunte l’autre rive. Je croise un coureur qui est à son 255ème marathon! Comme j’ai pris mon temps sur la première moitié du parcours et que je suis un peu en retard pour atteindre le chrono de 3h30, j’accélère un peu le rythme.

Nouvelle épingle un peu après le KM28, je me retrouve face à un vent qui s’est levé. A l’approche du KM30, et toujours avec la chaleur, j’accuse un peu le coup.

Rien de spécial n’est mis en place par l’événement pour marquer le passage du « mur » des 30 tant redoutés des coureurs. Seuls l’indicateur kilométrique, identique aux 29 précédents marquent ce point. Les premiers coureurs qui marchent apparaissent. J’essaie de les encourager à se relancer quand je les double.

La fin du parcours n’est pas une surprise. A partir du kilomètre 33, on reprend la même boucle que celle empruntée entre le 3ème et 14ème KM. Pourtant, l’atmosphère est différente. Les coureurs sont moins festifs, moins bavards. Pour ces derniers kilomètres, ils sont dans leur bulle, concentré sur l’effort, luttant contre la douleur musculaire pour maintenir l’allure.

Au 38ème kilomètre, les pompom girls mettent l’ambiance pour donner du punch et redonnent un peu d’énergie grâce à leur sourire. Ils restent moins de 5km. La longue ligne droite qui se profile pourtant devant nous semble pourtant interminable. Mais le brumisateur permet d’attaquer la ligne de bitume avec un peu plus de fraîcheur.

Je prends le gobelet sur le dernier ravitaillement, comme pour fêter les derniers mètres qui permettront de clôturer mon 5ème marathon. Virage à gauche et la foule se fait entendre de part et d’autre des 200 mètres qui conduisent à la ligne d’arrivée, visible au loin. J’en profite pour accélérer alors que d’autres coureurs ont leurs chaussures collée au macadam, le pas lourd, tel un scaphandrier.

Puis j’arrive sur la place…, porté par les encouragements et les hop-hop des supporters. Je passe devant la tribune VIP puis je franchis la ligne d’arrivée. Le chrono indique 3h28min!

 

Une fois la ligne franchie, les bénévoles pressent les marathoniennes et marathoniens pour ne pas stationner dans l’aire d’arrivée. Je retire ma médaille et je me dirige vers les vestiaires. Il faut marcher plusieurs centaines de mètres, que tous les coureurs effectuent en clopinant. Le vestiaire couvert avec bancs pour se changer est un véritable luxe. Mais je profite d’un bout de trottoir et d’un rayon de soleil pour savourer l’instant et  appeler ma femme et mes enfants.

RunCzech: une organisation au top

RunCzech est une organisation qui a mis en place la RunCzech Running League. Il s’agit d’un circuit d’épreuves de course à pied, comprenant sept courses dans cinq villes différentes de la République tchèque. Cette League a été mise en place pour « motiver et d’encourager un style de vie sain, actif et dynamique entre les différentes communautés et générations. » Je trouve cela plutôt positif comme esprit, et cette League emporte un vif succès.

Un challenge est également mis en place au sein de cette League. Ainsi, chaque coureur ayant participé à au moins trois courses de la League entre dans un classement selon son âge, son sexe et sa profession. Autant dire que les chances de finir premier de son classement sont plus importantes que celle de finir premier d’un marathon! Ainsi, on collecte de points sur les courses auxquelles on participe, points plus ou moins importants en fonction de leur distance et de leur difficulté.

Et pour monter dans le classement, il est possible de courir une « Guest Race« , un marathon international partenaire de RunCzech pour un an.

Les 7 courses de la RunCzech Runnning League

  • Le marathon de Prague début mai
  • Le semi marathon de Karlovy Vary fin mai
  • Le semi-marathon de České Budějovice début juin
  • Le semi-marathon d’Olomouc fin juin
  • Le semi-marathon de Prague fin juin
  • Le 10km de Prague début septembre
  • Le semi-marathon de Ústí nad Labem mi-septembre

Pour vous inscrire à l’une de ces courses, rendez-vous directement sur le site internet de Runczech.

Organiser son séjour

Pour faciliter l’organisation de votre séjour pour vous seul, ou en famille, vous pouvez réservez votre logement sur Booking.com.

Pour vous y rendre, le mieux reste l’avion. Pensez à réserver votre avion assez tôt.

De l’aéroport de Prague au centre ville, il faudra penser à faire appel à un taxi, ce qui facilitera l’accès à la capital. Dans la ville, utilisez le réseau de transport en commun, qui dessert assez bien la ville. En plus, vous pourrez profiter du tramway typique de Prague pour visiter et découvrir la ville.

Pour vous préparer, n’hésitez pas à commander un programme d’entraînement sur-mesure Atleticrun.

2 Commentaires

  1. Bravo Greg ! Merci pour ce beau récit 🙂

Laisser un commentaire