Découverte: séjour Trail dans le Vercors


L’agence Arcanson // Jour 1 // Jour 2 // Jour 3 // L’UTV // Vidéos
Séjour Trail dans le parc Naturel du Vercors

Début juillet, je suis parti avec Vincent pour découvrir le Vercors en mode trail pendant 3 jours. Au niveau logistique, c’est l’agence Arcanson qui s’occupait de tout.

3 jours trail en off

Dans le cadre de ma prépa à l’UTMB, j’avais intégré 3 jours off en trail dans ma prépa. J’avais envie d’espace, de nature, et surtout d’éviter un peu la foule, en mode Into the Wild. Je suis tout de même parti accompagné, avec Vincent qui était plutôt ouvert à ce Trail en Off, bien qu’il revenait tout juste du Lavaredo Trail.

Pour notre séjour, on cherchait à découvrir un territoire et on ne voulait pas rentrer à chaque fois au camp de base. Soit il fallait voyager vraiment léger, soit il fallait faire appel à quelqu’un. Finalement, c’est l’agence Arcanson qui nous propose de nous faire découvrir les séjours trail qu’ils proposent. On se met d’accord, sur la date et la distance journalière.

Pourquoi faire appel à l’agence Arcanson:

  • Organisation notre parcours. Arcanson sait par où il faut passer pour visiter le Vercors, pour profiter des points de vue et du temps nécessaire pour faire le parcours, et elle nous transmet cartes et traces GPRX. Il s’agit d’une offre existante proposée aux traileurs: « Trail des 3 vallées 4 Montagnes – Liberté« 
  • Logistique: réservation des hôtels, transfert des bagages, préparation des pic-niques… Nous avons juste à nous préoccuper de notre poche à eau.

>> DECOUVRIR L’OFFRE ARCANSON

Début du mois de juillet, nous voici dans le train pour Grenoble.

En route pour le Vercors

Ce qui est plutôt cool, c’est que le train fait très rapidement le trajet entre Paris et Grenoble. Ce qui l’est moins, c’est le manque de synchronisation entre les train et les cars… Du coup, on ne met que 3 heures de train, et plus d’une heure pour attendre le car. On arrive enfin au Gîte Arcanson, situé à Autrans, au cœur du Parc Naturel du Vercors, tout de même à 1000m d’altitude.

Nous sommes très bien accueillis par Aurélie, la co-gérante du lieu. Le Gîte/Hôtel propose 15 chambres, de la familiale au celle pour couple. Nous déposons rapidement nos affaires dans nos chambres, pour profiter et nous détendre dans le Størvatt, un bain à remous d’origine suédoise chauffé au feu de bois à 38 – 40°C. Situé en extérieur, un Sauna l’accompagne. On le teste, il fonctionne bien. Trop bien. Je ne peux pas tenir et je laisse Vincent cuire à petit feu.

Nous rencontrons Sébastien, qui a organisé notre séjour. Avec lui, nous ferons le point sur la parcours qu’il nous a concocté après le dîner. Nous partageons la salle à manger avec des randonneurs. Pour autant, nous restons en toute intimité avec Vincent, en tête à tête, profitant du décor en bois, charpente apparente, et de sa grande baie vitrée offrant une magnifique vue sur le massif vertacomicorien.

Le repas est succulent, idéal après une journée sportive. Mais comme nous n’avons pas bougé nos fesses de la journée, nous finissons le repas avec difficulté.

Comme convenu, Sébastien nous présente la parcours. 3 jours de trail avec 30km quotidiens. Tout de même une variante pour le dernier jour: soit 23km, soit 38km. Il nous détail le parcours avec les difficultés qu’on peu rencontré, les dangers tels que les patous que nous serons amenés à croiser lors du 3ème jour.

 

 

 

Trail en Vercors: jour 1

Petit déjeuner rapide (on a encore l’estomac bien plein du dîner de la veille) et nous sommes prêts à partir. On laisse nos bagages; la trace GPRX transmise par Arcanson est dans le Crosscall de Vincent et dans ma Suunto Spartan Ultra. On ne risque pas  de se perdre.

Notre première boucle permet de se mettre en jambe sur du plus ou moins plat jusque Villars-de-Lans. après avoir traversé la ville, nous empruntons un balcon qui passe sous le Roc de Cornafion. Nous nous y installons pour pic-niquer. Après une tentative de sieste perturbée par des mouches, nous repartons pour l’ascension vers le col de l’Arc. Reprendre par une ascension juste après le déjeuner, je dois avouer que c’est assez difficile, mais nous arrivons au col. Nous profitons de la vue quelques instants avant de  poursuivre, à l’assaut du Pic Saint-Michel, qui culmine à 1966m.

 

 

 

 

 

Nous pouvons admirer vers la vallée grenobloise à l’est, et le plateau du Vercors à l’Ouest. Puis nous redescendons. Sur notre chemin, nous croisons Aurélie, venue nous faire un petit coucou et nous accompagner sur la descente. C’est super sympa! On profite d’une terrasse d’une auberge pour se rafraichir. Plus bas, Aurélie nous laisse filer vers Lans-En-Vercors. Arrivé dans la ville, nous nous trompons d’hôtel, mais une fois au bon endroit, Nous récupérons nos sacs qui nous attendaient. On se décrasse sous une bonne douche avant de profiter de la piscine. C’est le pied! Après 31km et près de 1800m de dénivelé, ça fait du bien au moral et au corps. On a pu profiter de paysages variés, et cette première à plus que répondu à nos attentes!


Trail en Vercors: jour 2

Notre second jour de trail est un nouvelle fois ensoleillé. Après un bon petit-déjeuner, nous troquons nos sacs de voyage contre notre pic-nique du jour à l’accueil de notre hôtel. Il est 8h45 est nous quittons Lans-en-Vercors. Nous devons d’abord emprunter une départementale avant de nous enfoncer dans les bois. Nous nous retrouvons sur un chemin mal entretenu et avançons avec difficulté, jusqu’à ce que nous retrouvions un chemin forestier. Nous devons tout d’abord grimper 700 mètres de dénivelé avant d’arriver sur un passage plus plat qui nous amène au Pas de Bellecombe. Nous sommes en sous-bois depuis le départ et la vue se dégage, offrant une vue en hauteur sur la ville où nous avons passé la nuit.

Nous courons à un bon rythme, le parcours nous emmenant vers le Pas de l’Ours est un chemin plat et facile. Alors que nous étions seuls depuis le début de notre journée, nous commençons à croiser des randonneurs et des promeneurs. Nous arrivons à un parking d’où viennent toutes les personnes que nous croisons, venus admirer la vue.

Nous poursuivons notre chemin sur une route forestière. Il fait chaud mais nous essayons de ne pas trop boire. Il faut que nous gérions notre eau car sur notre parcours, il n’y a pas de point d’eau. Le terrain est poreux et l’eau s’infiltre en profondeur. D’ailleurs, nous pouvons admirer à différents endroits des Lapiaz, une roche marquée par de crevasses étroites, rapprochées et profondes de 2 à 3 mètres.

A partir de la Sure, nous attaquons un chemin plus technique. Notre chemin est en haut des falaises qui donnent sur la vallée nord du plateau du Vercors. Nous profitons de l’ombre et de la vue pour déjeuner, les pieds dans le vide. Mais cet endroit est vertigineux, et nous nous retrouvons finalement mal à l’aise face à tout ce vide sous nous pieds. Nous terminons le pic-nique les deux pieds ancrés sur le sol.

Après des montagnes russes, nous arrivons à la Buffle, la partie la plus au nord du plateau du Vercors. La vue à 360° qui s’offre à nous est magnifique! Nous profitons de l’endroit avant de redescendre au sens propre comme au sens géographique.

 

 

Nous croisons quelques randonneurs avec qui nous discutons avant de poursuivre notre chemin. Technicité, montagnes russes, chaleur… La parcours n’est pas si évident. Mais nous arrivons finalement sur un chemin forestier qui nous amène au refuge de la Grande Poya. Nous y faisons une halte pour nous désaltérer. Mais Vincent et moi nous rendons compte que nous n’avons pas d’argent avec nous, juste 4€. C’est suffisant pour partager un grand verre de thé menthe-citron glacé. La boisson nous rafraîchit. Nous repartons plus frais pour les derniers kilomètres qui nous amène à Autrans.  Sur le chemin, alors que nous déroulions la foulée, une biche surgit et bondit devant nous, disparaissant aussi vite qu’elle nous était apparue. Je n’en crois pas mes yeux, c’était magnifique.

Très vite, nous arrivons à notre hôtel à Autrans. Douchés, nous profitons de notre lit pour faire une sieste de récupération avant de profiter des lieux. Nous avons parcouru 31,1 km et un peu plus de 1300m de dénivelé.


Trail dans le Vercors : Jour 3

Le lendemain, nous décidons de partir plus tôt car nous avons notre train qui part de Grenoble à 17h. Après le petit déjeuner, nous décidons de laisser le pic-nique avec nos sacs. Nous mangerons uniquement à notre arrivée à destination, après notre sortie trail du jour.

Nous quittons Autrans. Sébastien nous proposait pour aujourd’hui 2 parcours: un de 23km et un second de 37km.  Nous décidons de faire un mix des deux, ce qui nous permettra de faire 32km.

Aussi, nous attaquons droit dans le pentu avec 300m de D+ avant de basculer de l’autre côté du massif. Nous découvrons un terrain un peu plus champêtre. A l’approche d’habitations, nous profitons d’une fontaine pour nous rafraichir. Puis, arrivés à Rencurel, nous bifurquons vers l’est pour réattaquer une pente de 300m de D+. Le début du sentier n’est pas très entretenu sur une centaine de mètres, mais ça se dégage ensuite. Nous redescendons ensuite à travers les bois sur un sentier qui nous emmène vers les Patous, des chiens chargés de garder les troupeaux des attaques des loups. Ces chiens peuvent être parfois effrayants, notamment par leurs gros aboiements. Sébastien nous avait mis en garde.

 

 

 

 

 

Un de ces chiens nous accueille effectivement par ses aboiements. Mais nous le contournons et nous pouvons débuter notre progression vers le point culminant du parcours du jour: le Gros Martel, à un peu plus de 1500m d’altitude. Nous avons 800m à gravir. Le parcours est très minéral, nous longeons la falaise. Sous la chaleur, nous arrivons enfin en haut. Nous immortalisons le moment et c’est à ce moment que je découvre une tique sur mon genou. Les tiques sont des sales bêtes qui peuvent vous transmettre des saloperies. Il ne faut pas les enlever n’importe comment. Je me souviens alors que Julien avait partagé un article sur Facebook sur le sujet. Je lui envoie un texto pour savoir si il peut m’envoyer le lien, c’est un article de Timothée Nalet. La seule solution : c’est la pince. Je n’en ai pas, je verrai à notre arrivée.

La descente est rapide et nous arrivons à Méaudre. Mais le gîte Arcanson se trouve de l’autre côté de la petite ville campagne, malgré tout très étendue. Et il reste une petite trotte de 4km tout de même. Sous la chaleur, et en parti sur le bitume, c’est loin d’être facile pour la fin du parcours.

Arrivés à Arcanson, nous sommes contents de pouvoir nous rafraichir grâce au superbe accueil d’Aurélie et Sébastien. Mais nous sommes un peu triste que l’aventure se termine déjà. Nous dévorons notre pique-nique, puis profitons des douches mis à notre disposition. Aurélie me prête une pince à tique. Après l’avoir faite tourner avec la pince, la bestiole me lâche enfin et nous pouvons la brûler pour nous en débarrasser définitivement. Nous ne devons pas tarder, car nous avons un train.

Nous partons dans le minibus avec Sébastien. Une heure plus tard, nous sommes à la gare de Grenoble. Le séjour vertacomicorien se termine. Il nous faut quitter le calme et la quiétude du Parc Naturel du Vercors pour retrouver la ville bruyante qu’est Paris.


L’Ultra Trail du Vercors (UTV)

Si les séjours trail proposés par Arcanson sont idéaux pour réaliser des Week-end Choc (des week-end de préparation trail pour engranger des kilomètres en course lente, dans un massif montagneux), Arcanson est un bon endroit pour se loger et participer à l’Ultra Trail du Vercors. En effet, la course de 87km et 4300m de dénivelé qui a lieu début septembre, part de Lans-en-Vercors. Et les hotes du gîte Arcanson font partie de l’organisation de l’UTV. Idéal pour avoir des infos de dernières minutes sur le parcours tout en prenant son petit déjeuner!

Les vidéos du séjour trail dans le Vercors

Voici la vidéo du premier jour du notre périple dans le Vercors. Pour être informé(e) de la mise en ligne des vidéos des 2 autres jours du périple, n’hésite pas à t’abonner à la chaîne Youtube.

7 Comments

  1. François Drouin

    Beau billet! Ton vidéo est bien sympa!

  2. Pingback: [TEST] Le sac à dos trail Duro 6 de Osprey | Greg Runner

  3. Pingback: Découvrir les sentiers avec la Suunto Spartan Ultra | Greg Runner

  4. C’est vrai que la vidéo est sympa, les paysages aussi !

  5. Pingback: UTMB 2017: l'édition la plus dure? [récit de course] | Greg Runner

  6. Pingback: Performer en trail: le LSD comme solution | Greg Runner

Laisser un commentaire